Cocteau : en France

cocteau.jpg

*DANS LA PRESSE

« Sur le perron – j’imagine – M. Claude ARNAUD agite la main en direction des derniers invités qui s’éloignent dans l’allée. Si les fenêtres demeurent illuminées, c’est maintenant l’heure de ranger la vaisselle et les chaises, et de refermer le piano. Le maître de maison peut être satisfait de lui, du plaisir donné à tous, au cours d’une fête préparée par des années de travail. On s’en souviendra longtemps, de son bal Cocteau », écrit Angelo RINALDI dans Le Figaro LITTERAIRE du 4.09.2003. DANS ce SUPERBE COMPTE-RENDU INTITULE « LE CRI DU VITRIER », angelo rinaldi ajoute : « Nous atteignons un sommet dans le genre de la biographie, parce que c’est bien plus que cela : si l’on poursuit la métaphore, une réception où tout le monde se trouve convié. À l’entrée, en guise de carton, on ne réclame que l’originalité. » DISPONIBLE A CETTE ADRESSE, CET ARTICLE FAIT PARTIE DE LA SELECTION DE « PAPIERS » QU’ANGELO RINALDI A PUBLIE SOUS LE TITRE « le roman sans peine« ,  DANS LA COLLECTION « LES EMPECHEURS DE PENSER EN ROND« , AUX EDITIONS DE LA DECOUVERTE, EN 2012
« Le travail brillantissime de Claude ARNAUD, de toute évidence familier non seulement de l’œuvre et du « style Cocteau », pour reprendre une formule de Patrick MAURIÈS, mais aussi de l’univers des salons qui l’ont produit et contre lesquels il s’est finalement affirmé, constitue une sorte de tableau vivant, grouillant : les mots d’esprit fusent et se bousculent, les personnalités s’affrontent… » René de CECATTY, Le Monde, 22.08. 2003.
Pour lire le point de vue de Jean-Paul ENTHOVEN dans « Le Point »: http://lepoint.fr
« On engloutit sa monumentale biographie par Claude Arnaud plein d’affection pour un artiste couvert d’insultes par les faux amis », écrit Bernard MORLINO dans l’Express daté du 01/09/2003. Pour lire cet article in extenso..
« Dans l’imposant et somptueux travail qu’il vient de lui consacrer, Claude ARNAUD le confirme : il faudrait plutôt parler des Cocteau(x), tant le personnage virevolte avec virtuosité…dans ce modèle de biographie, (il) en analyse toutes les facettes ». Gilles HERVÉ, Télérama, 17.09.2003.
« Claude ARNAUD est à ce point magicien qu’il a réussi dans ce livre, non seulement à reconstituer une époque, avec une compréhension dont sa génération offre peu d’exemple, mais aussi à montrer, pour sauver son sujet, quel poids de souffrance avait dû porter COCTEAU le funambule », écrit François SUREAU en évoquant « l’admiration que l’on doit éprouver pour ce livre par les frisons électriques de tout ce qui est moderne ». Le Journal du Dimanche, 14.09.2003.
*Pour Pascal BRUCKNER c’est « une biographie qui fera date » (« Le Nouvel Observateur », 18.09.2003) et pour Olivier BARROT, (« Un livre, un jour », sur FR3), c’est « le meilleur livre de la rentrée littéraire ». Pour voir l’entretien qu’il a mené avec Claude ARNAUD…
*Pour lire le Bloc-Note que Bernard-Henri LEVY a partiellement consacré au livre…
*POUR DECOUVRIR L’ARTICLE QUE JEAN-LOUIS GAILLEMIN A PUBLIE DANS LE MAGAZINE L’OEIL, A L’AUTOMNE 2013, SUR CETTE BIOGRAPHIE
*Pour connaître l’opinion de CHRISTIAN LACROIX sur cette biographie…

*DANS LES LIBRAIRIES

« Magistral ! C’est l’adjectif qui convient pour qualifier cette biographie, dont le mérite est de nous restituer, dans un style fluide, un Cocteau profondément humain ». Jean-Marc FROIDURE, Librairie l’Arbre à lettres, Lille, Page de Librairie, nov. 2003.

*DANS LES REVUES…

« La tâche primordiale de la biographie est, semble-t-
il, de décrire et de montrer l’homme dans ses
relations avec l’époque, jusqu’à quel point l’ensemble le contrarie ou le favorise, quelles idées il se forme, en conséquence, du monde et de l’humanité et, s’il est artiste, poète, écrivain, comme il les réfléchit»,
Cette définition de Goethe colle comme un gant à la biographie
que Claude Arnaud a consacré à Jean Cocteau. Tout juste parue, elle est monumentale : 864 pages de grand format, 24 chapitres suivis d’un appareil de notes impressionnant. Elle raconte tout« , écrit jean canavaggia dans le numéro de la revue des deux mondes date d’octobre novembre 2003. POur lire cet article in-extenso

*DANS LES BLOGS

«  Une mine d’or « , lit-on sur le site Gay Cultes…
« Que les autres biographies, études, recherches, exégèses paraissent poussiéreuses à côté de ce monument ! 758 pages de texte serré, plus les notes, pour raconter comme un roman la vie d’un personnage des arts du XXème siècle, souvent mal connu, mal considéré et mal lu (…) L’auteur a passé plus de quatre ans avec son sujet, relisant tout, revoyant tout, rencontrant ceux qui l’avaient connu, écoutant, questionnant : pas de texte de seconde main, pas de résumé bâclé, pas de poncifs, de clichés éculés sur l’homme. Tout a l’air neuf dans cette biographie. On repart de zéro (…) écrit Kefalonia sur le blog Le Présent défini. Rien n’est laissé au hasard. Ce n’est plus une biographie mais de l’archéologie. L’écriture de Claude Arnaud est subtile, perspicace et toujours au service d’une meilleure compréhension de son sujet. La complexité de chaque époque traversée (meneurs, alliances, courants, influences) est analysée avec méticulosité et intelligence car totalement maîtrisée. Au fil des pages, le mythe est « démythifié » : l’homme apparaît sous les masques, ses multiples identités, ses contradictions, ses mensonges, l’auteur veut comprendre qui est cet artiste « protéïforme », comment se sont articulées ses différentes mutations, comment il se nourrit des talents et de la force vitale de ceux qu’il croise. Pour cela, il lui fallait plonger dans les abysses, devenir familier de l’homme, ressentir avec une même sensibilité, jusqu’à démêler (certainement pas excuser) certains comportements ou prises de position discutables. Claude ARNAUD rend COCTEAU lisible et met en lumière non pas un faussaire, un touche-à-tout, un équilibriste frivole mais un homme fragile, vulnérable, crédule parfois, étonnamment profond et cohérent. » Pour lire ce blog…
« J’ai trouvé ce libre admirable, lit-on sur le blog les plaisirs d’henry. Très bellement écrit ; j’ai été tenue en haleine par le style et le contenu. L’auteur est non seulement très bien documenté, mais il entre véritablement dans la personnalité de COCTEAU et nous fait découvrir l’intimité de son parcours tourmenté. On y retrouve également avec bonheur toute l’évolution littéraire et artistique de 1900 à 1960. Quelle belle aventure ! Oui, le livre est un peu long, mais il faut tout ce temps pour entrer en profondeur dans le monde intime de COCTEAU. » Pour découvrir ce post…
« CETTE COPIEUSE BIOGRAPHIE, DONT ON NE PEUT QUE SOUHAITER UNE PROCHAINE EDITION EN POCHE, EST PASSIONNANTE DE DE BOUT EN BOUT, EN PARTICULIER SUR LA PERIODE DE L’OCCUPATION, » affirme EN 2005 le site Terresdecrivains

*A L’UNIVERSITE

*L’Université a accueilli aussi positivement la sortie du livre. DE NOMBREUSES THESES, MAITRISES ET MEMOIRES ONT ETE CONSCAcRES A L’OEUVRE DE COCTEAU DEPUIS, SOULIGNaNT LE NET RETOUR EN GRâCE, LITTERAIre ET INTELLECTUEL, DE L’AUTEUR DE LA DIffiCULTE D’ETRE.
*Pour lire le passage que Martine BOYER-WEINMANN (Universite lumiEre lyon 2, MC HDR littérature française) a consacré a cette biographie, dans son ouvrage « La relation biographique : enjeux contemporrains » (Ed. Champ-Vallon, 2005)… ET POUR DECOUVRIR LA REACTION DE LA PRESSE A CET OUVRAGE
*A consulter aussi : François DOSSE, « Le pari biographique, Ecrire une vie », La Découverte, 2005
*Le Jury de l’agrégation d’allemand de 2005 a encore donné, comme sujet du thème écrit, un extrait de ce COCTEAU. Pour lire le rapport des correcteurs (pauvres étudiants!) cf. p.17-22)…

*A L’ECRAN

*Pour voir Claude ARNAUD évoquer COCTEAU dans le film « Jean Cocteau cinéaste », écrit par Sandrine TREINER et réalisé par François CHAYE en 2001 (Prod: les films Pénélope)…

 

 

*DIX ANS APRES…

A l’occasion du cinquentenaire de la mort de l’auteur des Enfants terribles, les éditions GALLIMARD ont réédité, en septembre 2013, cette biographie  publiée en 2003, avec une centaine de corrections (dates, titres, patronymes re-orthographies…)
Pour en savoir plus… Pour lire l’article que Bibliobs a publié à cette occasion…
« LA BIBLIOGRAPHIE MAGISTRALE DE CLAUDE ARNAUD DEMONTRE AVEC RIGUEUR LA GRANDE MODERNITE DE JEAN COCTEAU. LA PUBLICATION DE CET OUVRAGE DE REFERENCE A DONNE A COCTEAU LA PLACE QUI LUI REVIENT DANS L’HISTOIRE CULTURELLE DU XX°SIECLE », ecrit ROBERT RUBIN, EN PREFACE AU CATALOGUE DE L’EXPOSITION « JEAN COCTEAU, UNE DONATION AMERICAINE », FONDATION BERGER SAINT-LAURENT, 2015. on peut encore voir la collection que bob rubin a legue à la maison cocteau de milly-la-foret, du 1° mars au 1° novembre 2015

*POUR TROUVER CE LIVRE en FRANCE…

…et en Guyane française….

(Photo Hannah, agence Opale)

  • Vous pouvez utiliser ces tags HTML: <a> <abbr> <acronym> <b> <blockquote> <cite> <code> <del> <em> <i> <q> <strike> <strong>

Haut de page