Archive for décembre, 2013

“BREVES SAISONS AU PARADIS” EN POCHE

0

Le 8 janvier 2014, Le Livre de Poche – qui fête ses 60 ans – passe en format poche (n°33226) Brèves saisons au paradis, publié aux éditions Grasset en aout 2012, deuxième volet de l’auto-roman de formation de Claude ARNAUD, après Qu’as-tu fait de tes frères? Pour trouver cette nouvelle édition…

En 4° de couverture: “Paris, début des années 1980. L’époque est prospère, la vie, dense, joyeuse, électrique, dans l’appartement que CLAUDE partage avec JACQUES et BERNARD. On s’y lève à l’heure où d’autres déjeunent, les plus singuliers y refont le monde en riant jusqu’à l’aube. Le paradis, après les drames évoqués dans Qu’as-tu fait de tes frères ?, cet hommage à l’exubérante vitalité destructrice des années 70 ?

Soudain Jacques cesse d’aimer Claude. Le trio se scinde, un mal mystérieux décime leur entourage, la tragédie ressurgit. Comment apprendre à vivre autrement, se métamorphoser sans se trahir ? C’est la question que CLAUDE se pose, en inaugurant une nouvelle existence avec ANNE, dans ce second roman de formation. Quand se construire prend toute une vie…”

Pour découvrir une présentation de ce livre, et l’écho qu’il a rencontré dans les médias (vidéo, audio…)

Pour savoir comment la presse et les blogueurs ont accueillis ce livre en France…  Et à l’étranger…

POUR LES FETES

0

Les Inrockuptibles reviennent sur Proust contre Cocteau pour en faire l’un des dix “romans” à offrir pour les fêtes dans un supplément à leur numéro 939 (27/11/2013), “Hottes d’or 2013, 150 cadeaux incontournables“:

LE livre à lire en cette année où l’on célèbre PROUST (centenaire de Du côté de chez Swann) et COCTEAU (cinquantenaire de sa mort). Peu connue, leur amitié fut aussi profonde que complexe, et se mua en rivalité entre celui qui resta au lit à écrire et le “prince frivole” avide de mondanités. Dans cet essai d’une intelligence redoutable, Claude ARNAUD met en scène deux conceptions de la littérature et de la vie qui tout opposaitou que faut-il sacrifier pour atteindre au génie?“.

Le samedi 7 décembre, de 15.45 à 17.15, Claude ARNAUD a signé son livre au Marché de Noël qu’organise la Librairie Ephémère dans l’enceinte du collège Saint-Jean de Passy, 72 rue Raynouard, 75016 Paris

Vous allez me remercier, écrit Céline MALRAUX sur son site, en date du 5 décembre 2013. Et à double titre. D’abord, il y a tous les ans à l’approche des fêtes ce fatidique-fastidieux moment du petit trot au travers de foules hostiles à la recherche, non pas du temps perdu, mais des cadeaux dont on aura oublié l’intention et la raison d’être à la minute où ils auront changé de mains, et au cours de ce petit trot, une errance angoissante à l’égard de l’un ou de l’autre des membres de son entourage pour le(s)quel(s) on ne sait vraiment mais alors vraiment pas quoi offrir. A cela, j’ai un remède. Oui. Sous la forme d’un cadeau qui vaut de belle-maman au neveu qui finit à peine sa plaquette de roaccutane, du copain qui a déjà tout à la cousine née insatisfaite.

Il s’agit du merveilleux livre de Claude ARNAUD, “Proust contre Cocteau”, une somme de délices de l’intellect où l’on découvre deux frères semblables, presque jumeaux, quoique PROUST fut de vingt ans l’aîné de “COCTO”, mutuellement reconnus comme tels, avec une figure maternelle certes à deux têtes mais pareillement omnipotente et dont la relation confina peu à peu à l’urticaire(…) Claude ARNAUD fait ici une analyse brillante et fine des subtilités narcissico-littéraires sous-tendant l’admiration que PROUST et COCTEAU se vouaient l’un à l’autre et qui se transforma en puissante rivalité. Il faut toute l’érudition de l’essayiste et du critique pour mettre en perspective l’impact de l’un sur l’autre et le talent du romancier pour construire cet édifice psychologique passionnant avec autant de style.

Proust contre Cocteau” est donc bien une appellation à relire ces deux grands à l’aune de cet éclairage plus savoureux qu’une madeleine. Mais, me demanderez-vous, il fallait me remercier à double titre. Le premier, en rapport avec la course aux cadeaux, on a compris. Et le deuxième ? Eh bien, vous allez non seulement l’offrir, mais vous allez le lire, et là vous comprendrez.” Pour lire ce post in extenso…

(Ph: Isabella d’Amico)

Go to Top