Le Point, dans son numéro daté du 6 juin 2013, a publié un article de CLAUDE ARNAUD sur la réédition, dans la collection Quarto, chez Gallimard, de certains des meilleurs romans de Jules BARBEY d’AUREVILLY, dont La Vieille Maîtresse, bijou vénéneux qu’adapta au cinéma Catherine BREILHAT: “Pour qui connaît encore son nom, Barbey d’Aurevilly (1808-1889) évoque  un dandy moustachu et bagué qui célébra le trône et l’autel  avec un sens aigu de la provocation. L’image n’est pas sans fondement, ni ridicule – Barbey a des airs de Dali du XIX°. Mais l’écrivain a bien plus d’envergure et de santé que sa caricature, la réédition de ses romans le montre. Plus de poses ici, mais une débauche de vie…”

Pour lire cet article en ligne…
Ou dans sa version papier