Articles

« PORTRAITS CRACHES » dans LE POINT

0

Dans son numéro du 12 octobre 2017, LE POINT a publié un article enthousiaste, intitulé « Dans la galerie des glaces de la littérature », de Marie-Françoise LECLERE au sujet de PORTRAITS CRACHES. « De Montaigne à Houellebecq, Claude ARNAUD publie une superbe anthologie de portraits, des modèles du genre », dit-elle en préambule. Pour lire l’amorce de son article... Pour en découvrir la suite…

Pour voir la réception que ce livre reçoit en FRANCE… Et à l’ETRANGER

Pour commander PORTRAITS CRACHES via la FNACou via le site LIBRAIRIE DE PARIS

ET ENCORE

« PORTRAITS CRACHES » dans En attendant Nadeau

0

Quoi de commun entre Michel de Montaigne et Michel Houellebecq ?, écrit Jean LACOSTE dans En Attendant Nadeau, la revue en-ligne, en date du 10 octobre 2017… Entre Céline et de Gaulle ? Entre Aragon et Drieu La Rochelle ? Rien, sinon qu’ils ont écrit des portraits de grand style que Claude Arnaud se fait un plaisir de citer et nous de relire. S’il est difficile de rendre compte d’un tel ouvrage (900 pages d’anthologie surabondante, assortie de commentaires souvent judicieux), il n’est pas aisé non plus de le lire. On est pris de vertige, comme si la totalité de la littérature française classique se trouvait rassemblée dans cette galerie de portraits, offerte à nos sélections arbitraires, pour ainsi dire sous une forme portable, comme un compagnon. Des portraits pour certains bien connus, d’autres à découvrir, au hasard d’une plaisante lecture buissonnière, d’autant plus justifiée que l’ouvrage repose sur un principe somme toute discutable selon lequel à peu près tout devient ou peut devenir portrait. Mais le lecteur, qui se plonge dans ces petites merveilles de méchanceté et de finesse psychologique, n’en a cure. Pour lire cet article in-extenso

Pour voir la réception que ce livre reçoit en FRANCE… Et à l’ETRANGER

Pour commander PORTRAITS CRACHES via la FNACou via le site LIBRAIRIE DE PARIS

ET ENCORE

« PORTRAITS CRACHES » dans La LIBRE BELGIQUE

0

« Voici un livre qui vaut une bibliothèque, écrit Jacques FRANK dans La LIBRE BELGIQUE, en date du 2 octobre 2017. Biographe de CHAMFORT (1988) et de COCTEAU (2003), mais aussi de lui même (Qu’as tu fait de tes frères?,2010), Claude ARNAUD a réuni en un gros volume près de 500 portraits de personnages qui ont existé (TALLEYRAND par CHATEAUBRIAND, MALRAUX par MAURIAC, GENÊT par SARTRE), ou non – Gavroche (Victor HUGO), Alceste (MOLIERE), Rastignac (BALZAC) II y a ajoute des portraits de peuples (les Français par TOCQUEVILLE, les Amérindiens par NIETZSCHE, les Juifs par CIORAN), de villes (New York par MORAND), et même d’animaux : le porc par CLAUDEL, l’albatros par BAUDELAIRE, la poule par Jules Renard.
Ces textes, prélevés pour la plupart dans le domaine français, témoignent de la faveur que l’art du portrait (et autoportrait) a connu en France et du rôle qu’il a joue dans ce qu’Arnaud appelle « l’individualisme a la française ». Pour lire cet article in extenso

Pour voir la réception que ce livre reçoit en FRANCE… Et à l’ETRANGER

Pour commander ce livre en BELGIQUE, via la FNAC… Ou Belgique Loisirs

 

« JEAN COCTEAU A Life » in the LRB/ dans la London Review of Books

0

* « La biographie de Claude ARNAUD est pleine de scènes où les histoires individuelles croisent l’histoire collective: sa description du Paris occupé restitue ainsi l’atmosphère oppressante d’une ville où les horloges avaient été mises à l’heure allemande. Une biographie s’appuie sur des faits, mais un des plaisirs du genre est le contraste palpable entre le monde dans lequel le sujet vit, et le monde tel qu’il est perçu par le sujet », écrit Anne STILLMAN dans un remarquable article intitulé Cocteaux, publié par la London Review of Books (vol. 39 N°14, 13 juillet 2017) Pour lire cet article (en anglais)

« ARNAUD’S BIOGRAPHY is full of scenes where individual and group histories intersect; his account of occupied Paris, for instance, captures the eerie atmosphere of a city where clocks were set to German time. A literary biography deals in facts, but some of the pleasure of the form is in the palpable contrast beetween the word in which the subject lives, and the word as it appears to the subject« , writes Anne STILLMAN in a brillant essay untitled Cocteaux, in the London Review of Books (vol. 39 N°14, 13 july 2017) Read that essay

GET THE BOOK IN THE US…OR VIA INDIE BOUND… IN CANADA… IN THE UK

MICHEL TOURNIER en Pléiade…

0

Dans son numéro 2321, daté du 2 mars 2017, LE POINT a publié un article de CLAUDE ARNAUD consacré à l’édition en Pléiade de l’oeuvre romanesque de MICHEL TOURNIER, de Vendredi ou les limbes du Pacifiques à Gilles et Jeanne, en passant par Les Météores et le Roi des Aulnes, et y ajoutant Le Vent Paraclet, un essai très personnel. Pour lire l’amorce de cet article

Pour lire cet article in extenso

SUR « LES DERNIERS LIBERTINS » DE BENEDETTA CRAVERI

0

DANS SON NUMERO DATE DU 10 NOVEMBRE 2016, LE POINT PUBLIE L’ARTICLE QUE CLAUDE ARNAUD A CONSACRE AUX DERNIERS LIBERTINS DE BENEDETTA CRAVERI, finaliste du Prix Médicis essai 2016 (Ed. FLAMMARION). POUR LIRE CET ARTICLE…  CET ESSAI FIGURE PAR AILLEURS DANS LA LISTE DES 25 MEILLEURS LIVRES DE L’ANNEE 2016 PAR L’HEBDOMADAIRE,  DANS SON NUMERO DATE DU 24 NOVEMBRE. POUR DECOUVRIR CETTE LISTE

 

SUR PICASSO ET GIACOMETTI

0

Dans son numéro 2304, LE POINT PUBLIE UN ARTICLE DE CLAUDE ARNAUD sur la remarquable exposition PICASSO-GIACOMETTI visible jusqu’au 5 février 2017 au Musée PICASSO de Paris.  Pour lire l’amorce de cet article… Ou encore

Read an excerpt of « Jean COCTEAU, A Life »/ Pour lire un extrait, en anglais, du COCTEAU de Cl. Arnaud

0

*BROWSE THE INTRODUCTION

*The website LITERARY HUB publishes an online excerpt, dated October 24, 2016,  of « JEAN COCTEAU, A Life », by Claude ARNAUD, concerning the PROUST/COCTEAU friendship, made of love, jalousy and treason. As a title: « Literary Frenemies: Jean COCTEAU and Marcel PROUST », and subtitle: « One has to resolve oneself to face the fact that you are not a true friend »

READ THAT EXCERPT

« Claude ARNAUD illuminates JEAN COCTEAU and MARCEL PROUST’s friendship’s slow fade », writes HARRIETT STAFF, on a poetry blog posted Posted in Peétry News on Monday, October 24th, 2016 by The POETRY FOUNDATION. READ MORE

DISCOVER READERS’ RATINGS ON GOODREADS.COM… GET THE BOOK IN THE US…OR VIA INDIE BOUND… IN CANADA… IN THE UK

* FEUILLETER L’INTRODUCTION

*Le site LITERARY HUB publie un extrait de la traduction américain du COCTEAU de Claude ARNAUD, en date du 24 Octobre 2016, qui touche à la relation, faite d’amour, de jalousie et de trahison, qui unit PROUST et COCTEAU. Avec pour titre: « Annemis littéraires » et pour sous-titre:  » Il faut se résoudre à admettre que vous n’êtes pas un véritable ami ».

POUR LIRE CET EXTRAIT (EN ANGLAIS)

« CLAUDE ARNAUD illumine la relation COCTEAU/PROUST et son lent déclin, écrit de son côté HARRIETT STAFF dans son POETRY BLOG, publié le 24 octobre 2016 par le site POETRY FOUNDATION. Pour lire ce blog (en anglais)

POUR DECOUVRIR LES NOTES ACCORDEES AU LIVRE PAR LES LECTEURS DE GOODREADS.COM...

Cocteau-le-cancre a enfin son pavé, par Kevin McMahon/ The dunce gets a doorstop: A Life of Jean Cocteau

0

Dans un post publié par la Los Angeles Review of Books, en date du 17 octobre 2016, Kevin McMahon écrit:

« Les plus connus des avant-gardiste inconnus n’ont jamais manqué de biographes – à commencer par eux-mêmes! -mais la biographie épique publiée en 2003 par Claude ARNAUD, aujourd’hui disponible en anglais grâce à la traduction de Lauren Elkin et Charlotte Mandell, est la première à réussir l’impossible, en offrant un récit continu de la vie de COCTEAU, au lieu d’une sélection de hauts faits. Le résultat tient en un pavé complexe de plus de 1000 pages. Mais cette amplitude n’est pas vaine; elle est l’espace nécessaire pour donner corps à l’histoire vécue par COCTEAU.  Si quelques-unes des précédents biographies, celle de Francis Steegmuller (1970) en particulier, qui faisait référence, sont plus lisibles, c’est qu’elles n’étaient pas aussi ambitieuses. L’on doit à Claude ARNAUD d’avoir fait le travail que personne avant lui n’avait eu l’énergie de faire (…) Cocteau était tout sauf ennuyeux, et je ne peux imaginer une biographie exhaustive suscitant autant d’éclats de rire. L’empathie imaginative le dispute à la rigueur de la recherche, chez ARNAUD; il fait vivre son seulement son héros mais tous les seconds rôles… »

Pour lire cet article in extenso (en anglais)… Pour en savoir plus

« THE MOST FAMOUS unknown modernist has never lacked biographers — beginning with himself — but Claude ARNAUD’s 2003 epic, now available in English courtesy of Lauren Elkin and Charlotte Mandel, is the first to attempt the impossible: a continuous narrative of Jean COCTEAU’s life, instead of selected highlights. The result is an unwieldy 1,000+ page doorstop. But the vastness is not vacuous; it’s the space necessary to unreel COCTEAU’s story in full. If some of the previous biographies, like Francis Steegmuller’s 1970 classic, are more readable, it’s because they weren’t as ambitious. Readers owe Arnaud thanks for dispatching a job that none before him had the stamina to face (…) Whatever he was, Cocteau was never boring, and I can’t think of another full-dress biography with a higher laugh-out-loud count. Arnaud’s scholarly diligence is combined with imaginative sympathy; he makes not only the protagonist but the supporting characters come alive. « . Read in its entirety this review…. Read more

GET THE BOOK IN THE US…OR VIA INDIE BOUND… IN CANADA… IN THE UK

 

When Art Mattered, by Bruce FLEMING/ Quand l’art comptait, par Bruce FLEMING

0

The Washington Free Beacon publishes, on October 16, 2016, an online review, signed Bruce Fleming of « Jean COCTEAU, a Life« , by Claude ARNAUD:

« This is an exhaustive and exhausting book—including all the people COCTEAU rubbed shoulders with, famous and semi-famous names jostling on the page to re-create a world that was brought to an end by the dawning of our world in the aftermath of World War II. But at least it’s an evocation of a vanished era as if it still mattered—and that’s good. You want intensity from the person telling you the story you’re listening to; ARNAUD is nothing if not intense. After all, if it’s narrated with ironic distance, absolutely nobody will care. And there is no distance here: it’s like the poet falling into the water mirror. All of a sudden, there you are, side by side with PROUST, GIDE, Anna de NOAILLES, NIJINSKY, STRAVINSKY, PICASSO, and dozens of lesser lights (…) The artistic world of “l’entre-les-deux-guerres” Paris is lovingly chronicled… and rendered by his translators in supple English that doesn’t read like a translation (…) The charm of ARNAUD’s book is that he seems to re-create the adolescent intensity of Cocteau’s world, the one where the latest show at the Ballets Russes was all anybody talked about, and where Being Part of It All was the only thing that mattered. Reading it is like diving down to Atlantis. Take a weekend and take the plunge. When you get back, there will be a moment where you wonder where you’ve been—and where you are. »

READ THIS ONLINE REVIEWREAD MORE

Le WASHINGTON FREE BEACON publie en ligne, le 16 octobre 2016, un article de Bruce FLEMING sur la traduction anglaise de la biographie de JEAN COCTEAU par Claude ARNAUD, publiée par Yale University Pres:

« Voici un livre à la fois exhaustif et épuisant, qui comprend  tous les gens que COCTEAU côtoya, vedettes et semi-vedettes se bousculant  pour recréer un monde disparu à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Mais au moins ce monde est-il évoqué comme s’il comptait toujours autant – et c’est une bonne chose. Vous attendez de l’intensité, de la part des gens qui vous racontent un histoire, et Claude ARNAUD est tout sauf mou. Tout le monde se désintéresse d’une histoire racontée avec ironie et distance – et il n’y a aucune distance ici. Vous tombez dans le miroir d’eau de Cocteau et vous retrouvez côte à côte avec PROUST, GIDE, Anna de NOAILLES, NIJINSKY, STRAVINSKY, PICASSO  (…) Le monde artistique de “l’entre-les-deux-guerres” parisien est chroniqué avec grâce et  rendu avec souplesse par les traductrices, si bien que le tout n’a pas l’air issu d’une traduction (…) Le charme du livre d’ARNAUD  tient à sa recréation de l’intensité adolescente du monde de COCTEAU, celui ou tout le monde parlait du dernier spectacle des BALLETS RUSSES et où être dans le coup, artistiquement, était vraiment la seule chose qui comptait. Lire cette biographie c’est plonger dans l’Atlandide. Prenez un week-end et plongez tête la première. En en revenant à aujourd’hui, vous vous demanderez dans quel monde vous naviguiez, et dans lequel vous vous réveillez.

Pour l’article in extenso (en anglais)… Pour en savoir plus

 

Haut de page