Claude Arnaud

Claude Arnaud

(36 commentaires, 250 articles)

Cet utilisateur n'a pas partagé les informations de son profil

Acceuil: http://www.claude-arnaud.com

Articles par Claude Arnaud

Deux cents quarante nuances de bleu

0

Dans son numéro daté du jeudi 19 septembre 2019, LE POINT a publié un article de CLAUDE ARNAUD intitulé « Deux cent durante nuance de Bleu », sur Bleuets, essai que Maggie NELSON qui vient d’être traduit par Céline LEROY, par aux éditions du SOUS-SOL. Pour découvrir l’amorce de cette article

Avec l’exposition CINEMATISSE à Nice

0

Le jeudi 19 septembre a été inaugurée, au musée Matisse des Arènes de Cimiez, à NICE, l’exposition CINEMATISSE, qui fait plus que suggérer, prouve la présence dans l’oeuvre du peintre nordique d’un désir, d’une compréhension et d’une intelligence du 7° art. Pour saluer le remarquable travail effectué par les deux commissaires, Claudine GRAMMONT, directrice du Musée, et Dominique PAÏNI, ancien directeur de la Cinémathèque française et de du développement culturel au Centre Pompidou, Claude ARNAUD a contribué au catalogue de l’exposition avec un texte intitulé: « Couleur, rêve, mouvement ». Pour en savoir plus sur cette exposition

Et sur le catalogue, publié par les Editions IN FINE

Le meilleur livre de la rentrée 2019…

0

LE POINT, dans son numéro 2454 date du 12 décembre 2019, a publié un article sur Le Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale de Charles DANTZIG (Grasset). 1248 pages de réflexions, tantôt profondes, tantôt épidermiques, sur le génie, la vitalité ou l’imposture d’écrivains qu’on célèbre d’ordinaire – des centaines d’entrées aussi sur des auteurs en marge, ou confinés aux « happy few », DANTZIG crève les limites de l’écran sur lequel la critique littéraire, d’ordinaire, inscrit ses palmarès. Tout ici est libre, vivant, injuste parfois, remarquablement stimulant: le meilleur livre de la rentrée. Pour lire l’amorce de cet article

A la Ferté-Vidame, chez SAINT-SIMON, pour la Fête des livres, ce dimanche 8 septembre

0

Le dimanche 8 septembre 2019, Claude ARNAUD a animé une table ronde dans le parc du domaine de la Ferté-Vidame, sur le site du château du duc de SAINT-SIMON, consacrée au portrait littéraire, autour de son anthologie publiée aux éditions Bouquins, « Portraits crachés« ,  en compagnie de Jean-Michel DELACOMPTEE, lequel vient de publier  » La Bruyère, portrait de nous-mêmes », et le dessinateur.

Pour en savoir plus

Sur la rentrée littéraire 2019…

0

Le jeudi 22 aout 2019, LE POINT a publié, dans son numéro 2451, le premier article de CLAUDE ARNAUD consacré aux livres de la rentrée littéraire 2019. Intitulé « Deux ans au claque », il traite du troisième roman de Emma BECKER, « La maison », publié par les éditions Flammarion. Emma BECKER s’est enrôlée dans une maison close de Berlin, délibérément,  s’est glissée dans le lit humide des Mädchen, et fait avec une lucidité féroce le bilan de cette expérience, une sorte de service militaire au féminin.

Pour lire l’amorce de cet article

Dans le Hors-Série du Point consacrée à PROUST

0

Dans son numéro Hors-Série daté juillet-août 2019 intitulé « Le Grand Monde de PROUST », LE POINT publie quatre textes de Claude ARNAUD, l’un dédié à celui qu’il a baptisé « NARRAPROUST », le vrai-faux auteur de La RECHERCHE, cet hybride du « Petit Marcel » et du grand Narrateur, dans son Proust contre Cocteau (Grasset, 2013, Arléa-poche 2019),  l’autre au baron de CHARLUS, personnage-clef de ce grand livre, le troisième à JUPIEN, le tenancier du bordel où le Narrateur fait de stupéfiantes découvertes sur la vie érotique du précédent, le dernier à MOREL, le violoniste-gigolo qui enflamme le coeur de jeune fille de CHARLUS, sans compter un article dédié à BERGOTTE, le « grand » écrivain que le Narrateur admire tant, et qui mourra devant le petit pan de mur jaune de Vermeer…

Pour découvrir l’introduction et le sommaire de ce HORS-SERIE

Pour commander en ligne ce HORS-SERIE...(Claude Arnaud par Laura Stevens)

La 19° bourse CIORAN attribuée à Jean-Pierre MARTIN

0

La dix-neuvième bourse CIORAN a été attribuée le 19 juin 2019 à Jean-Pierre MARTIN pour son projet d’essai intitulé La Curiosité, qu’il définit comme « un égarement salutaire, [...] un exercice de la pensée libre et un antidote irremplaçable de la croyance et de la conviction ». Décernée par le CENTRE NATIONAL du LIVRE chaque année et est dotée de 18.000 €, grâce aux droits d’auteur issus de la vente des essais de E.M. CIORAN, la bourse encourage l’écriture d’un ouvrage original ou singulier, par sa pensée et son écriture – et c’est bien le cas des livres de Jean-Pierre MARTIN, à la fois biographe de Henri MICHAUX et autobiographe subtil (Real book, Autopioanographie), auteur  d’un remarquable Eloge de l’Apostat et d’un non moins pertinent LIvre des Hontes. Le jury était composé de Claude ARNAUD, ancien lauréat, d’Emmanuelle BENSIMON-WEILER, directrice générale du CNL, représentant Vincent Monadé, président, de Belinda CANNONE, essayiste et romancière, et de Verena von der HEYDEN-RYNSCH,  traductrice en allemand de CIORAN.

Pour en savoir plus…

Sur le récit remarquable d’Umberto PASTI…

0

Dans son numéro 2443, daté du 

Le Monde : Hors-série sur Proust

0

A l’occasion du centenaire du prix Goncourt attribué à « A l’ombre des jeunes filles en fleurs », Le Monde republie le numéro Hors série qu’il avait consacré voici 3 ans à PROUST et où Claude ARNAUD avait publié un texte sur ses relations tumultueuses avec COCTEAU.

Pour avoir un idée du sommaire de ce numéro exceptionnel(Claude Arnaud par Laura Stevens)

Proust contre Cocteau salué par Vincent Jaury dans « Transfuge »

0

Dans un article intitulé « Proust au microscope », consacré aux publications accompagnant le centenaire du prix Goncourt de PROUST, Vincent JAURY écrit dans le TRANSFUGE de mai 2019:

« On pourra lire aussi le brillant « Proust contre Cocteau » de Claude ARNAUD, où il narre les rapports passionnés et assassins de ces deux écrivains cannibales. De leurs rencontres en 1910 où COCTEAU, vingt ans, est fêté dans tout Paris alors que PROUST, plus âgé, finit la première mouture de la Recherche, inconnu du milieu des lettres. Rapports passionnés entre deux hommes dont la proximité est évidente : même curiosité insatiable, même désir effréné de plaire, même besoin de dominer l’autre, même courtoisie, même rapport maladif à la jalousie. Littérairement, des différences essentielles cependant : COCTEAU esquisse des silhouettes, chez lui les images défilent vite ; PROUST creuse le même sillon, se concentre longtemps devant une image qui lui paraît, s’analyse de près, et construit une roman cathédrale dans la lignée du roman du XIXe siècle. COCTEAU et PROUST ont des conceptions très différentes du roman, ce qui participa de leur éloignement. Et surtout, selon Claude ARNAUD, PROUST qui admira COCTEAU jusqu’à le pasticher, changea d’attitude à partir du moment où il fut édité. Là, PROUST devint injuste envers COCTEAU, l’accusant d’être frivole. Une fois reconnu par ses pairs, PROUST devint monstre, sans empathie et sûr de lui-même. »

 

Flux RSS de Claude Arnaud
Haut de page