L’Histoire

histoire.jpg L’HISTOIRE est une puissance qui ne cesse d’avancer. Elle évoque un train dont on tomberait en naissant, qui roulerait sans jamais faiblir et qui roulera encore, longtemps après notre disparition. Elle est la litanie d’événements, atroces ou absurdes, qui nous ont précédé, mais aussi l’ensemble des valeurs et d’a-priori qui nous façonnent.
Elle est donc un constituant majeur de notre Identité.
Prise au sens large, elle est à même de faire de notre vide fondateur un plein, d’engendrer Des ambitieux et Des rebelles comme CHAMFORT ou un dictateur comme Enver HODJA. C’est son absence, à l’inverse, qui secrète un Caméléon comme Paul NIEMANS, et perpétue en COCTEAU un vide fécond, jusqu’à son dernier souffle.
Faut-il abolir toute trace d’HISTOIRE en nous, afin de nous réserver le pouvoir exclusif de nous forger, ou de nous réinventer ? C’est la question qui court tout au long de Qui dit je en nous? Faut-il à l’inverse se nourrir de ce qu’elle a de meilleur, en apprenant à se tenir à l’écart du pire, pour échapper au VIDE qui gagne notre horizon ? C’est l’interrogation qui hante l’auto-roman de formation commencé par Qu’as-tu fait de tes frères?, et poursuivi par Brèves saisons au paradis et je ne voulais pas être moi.

>> Icônes

  • Vous pouvez utiliser ces tags HTML: <a> <abbr> <acronym> <b> <blockquote> <cite> <code> <del> <em> <i> <q> <strike> <strong>

Haut de page