Cocteau : in english, at Yale UP/ Cocteau traduit en anglais

 

*THE TRANSLATION of Claude ARNAUD’s Jean COCTEAU, BY LAUREN ELKIN and  CHARLOTTE MANDELL, has been published at YALE UNIVERSITY PRESS, in the US, on September 27 2016, as : Jean COCTEAU, a life ( 40.00$). PUBLICATION DATE IN THE UK: 21 NOVEMBER 2016 (£30.00) 
*BROWSE THE INTRODUCTION
*The website LITERARY HUB publishes an online excerpt, dated October 24, 2016,  of JEAN COCTEAU, A Life, concerning the PROUST/COCTEAU friendship, made of love, jalousy and treason. As a title : « Literary Frenemies: Jean COCTEAU and Marcel PROUST », and subtitle : « One has to resolve oneself to face the fact that you are not a true friend » READ THAT EXCERPT

 

 

« Claude ARNAUD illuminates JEAN COCTEAU and MARCEL PROUSTs friendship’s slow fade », writes HARRIETT STAFF, on a poetry blog posted Posted in Poetry News on Monday, October 24th, 2016 by The POETRY FOUNDATION. READ MORE
*« The first substantial life of the French surrealist writer and artist to appear in English since 1970 (…) Arnaud’s biography provides a useful corrective and will inspire renewed interest in Cocteau’s work. » KIRKUS REVIEW, July 4th, 2016. Read the article in its entirety
 *PUBLISHERS WEEKLY publishes an advance review online :  » Originally released in France in 2003, this sweeping biography of Jean Cocteau is now available in English for the first time. Arnaud (Chamfort: A Biography) has composed an insightful profile, rich in detail and exhaustive in its scope, that honors and illuminates its multifaceted subject, who was a poet, playwright, author, designer, and filmmaker. The dense tome traces the stormy trajectory of Cocteau’s life, beginning with an idyllic childhood shattered by his father’s suicide. » Read the review in its entirety
*KIRKUS REVIEW publishes, on september 27, 2016, an online interview of Claude ARNAUD about the writing of his JEAN COCTEAU, A LIFE. By  RHETT MORGAN.
READ THIS INTERVIEW
AUGUST 23, 2016 : JEAN COCTEAU, A LIFE, is selected by Tobias CAROLL, for the Online review SIGNATURE, as one of the « SIX DOORSTOPPERS OF YOUR AUTOMN READING PLEASURE »

 

*« At long last translated into English, here’s an enormous – and enormously sympathetic – biography of the weirdly eccentric artist, director, and writer Jean COCTEAU« , writes Steve DONOGHUE in the Online magazine Openletters monthly (September 15, 2016)Here’s is full review… 
*The Washington Free Beacon publishes, on October 16, 2016, an online review, « WHEN ART MATTERED », signed Bruce Fleming of « Jean COCTEAU, a LifE » , by Claude ARNAUD:
« This is an exhaustive and exhausting book—including all the people COCTEAU rubbed shoulders with famous and semi-famous names jostling on the page to re-create a world that was brought to an end by the dawning of our world in the aftermath of World War II. But at least it’s an evocation of a vanished era as if it still mattered—and that’s good. You want intensity from the person telling you the story you’re listening to; ARNAUD is nothing if not intense. After all, if it’s narrated with ironic distance, absolutely nobody will care. And there is no distance here: it’s like the poet falling into the water mirror. All of a sudden, there you are, side by side with PROUST, GIDE, Anna de NOAILLES, NIJINSKY, STRAVINSKY, PICASSO, and dozens of lesser lights (…) The artistic world of “l’entre-les-deux-guerres” Paris is lovingly chronicled… and rendered by his translators in supple English that doesn’t read like a translation (…) The charm of ARNAUD’s book is that he seems to re-create the adolescent intensity of Cocteau’s world, the one where the latest show at the Ballets Russes was all anybody talked about, and where Being Part of It All was the only thing that mattered. Reading it is like diving down to Atlantis. Take a weekend and take the plunge. When you get back, there will be a moment where you wonder where you’ve been—and where you are. »
READ THIS ONLINE REVIEW
*The dunce gets a doorstop: A Life of Jean Cocteau », WRITES KEvin McMahon int he LARB: « THE MOST FAMOUS unknown modernist has never lacked biographers — beginning with himself — but Claude ARNAUD’s 2003 epic, now available in English courtesy of Lauren Elkin and Charlotte Mandel, is the first to attempt the impossible: a continuous narrative of Jean COCTEAU’s life, instead of selected highlights. The result is an unwieldy 1,000+ page doorstop. But the vastness is not vacuous; it’s the space necessary to unreel COCTEAU’s story in full. If some of the previous biographies, like Francis Steegmuller’s 1970 classic, are more readable, it’s because they weren’t as ambitious. Readers owe Arnaud thanks for dispatching a job that none before him had the stamina to face ». Read in its entirety this review….
*IN ITS NOVEMBER 24, 2016 ISSUE, THE NEW YORK REVIEW OF BOOKS PUBLISHES AN EDMUND WHITE’S REVIEW OF « JEAN COCTEAU, A LIFE » BY CLAUDE ARNAUD. READ THE BEGINING OF THAT REVIEW, UNTITLED « THE HIGH WIRE OF JEAN COCTEAU »
*This ED WHITE’S REVIEW has been translated in greek by the athen review of books (N° 80-81, February 2017): Έντμουντ Ουάιτ (Edmund White), Το τεντωμένο σκοινί του Ζαν Κοκτώ. READ MORE
* »In 2003, Claude Arnaud drew on years of research to compose an epic take on the life of this misunderstood artist, giving him his proper due as a unique and influential artist, one can read on a post Posted by KC on « A classic movie blog », Oct 21, 2016. It is a dense work, full of daily details and a cast of characters more populated than a Russian novel. It takes great patience to navigate, but offers a rewarding history of a man, the great geniuses he knew and the time in which he lived. In its recent English translation the beauty and irritation of this massive work retains the feel of its culture, occasionally even taking on the otherworldly, fanciful voice of its subject.READ that review
« It took 13 years for an English translation of this impressive biography to appear. Arnaud (Chamfort: A Biography) takes readers on a journey that presents the extraordinary but also complicated life of Jean Cocteau (1889–1963). Arnaud describes an individual who was often misunderstood and unfairly considered an opportunist or imitator of other writers. His depiction of Cocteau’s opium addiction and attempts at detox is particularly fascinating. This work is also an excellent study of human dynamics with friends coming in and out of the artist’s life. Openly gay during a time when homosexuality was still considered taboo, Cocteau always had a strong desire to please, even when it was futile. VERDICT An outstanding portrait of a chameleonic individual, this work will appeal to individuals interested in LGBTQ history, French culture, and literature.—Erica Swenson Danowitz, Delaware Cty. Community Coll. Lib., Media, PA. Copyright 2016 Library Journal. READ THIS REVIEW….
« COCTEAU, WE CAN KNOW NOW THANKS TO THIs FINE BIOGRAPHY BY CLAUDE ARNAUD, REMAINS UNSURPASSABLE« , to believe Ricky D’AMBROSE, critic and filmaker. READ HIS REVIEW (01/23/2017)IN THE WINGS OF REALITYPUBLISHED BY THE NATION...
« The postwar period, vividly evoked by ARNAUD, was COCTEAU’s moment, especially since the death of APPOLINAIRE in 1918 had removed from the scene his most conspicuous rival, writes Vincent GIROUD in a review untitled « A Cocteau for our time« , published by THE YALE REVIEW (Volume 105, Issue 2, April 2017 Pages 158–163) (…)  In that same year, he acquired another godson in the precocious Raymond Radiguet, who before the age of sixteen had already written a novel about a woman having an affair with an adolescent boy while her husband is at the front. (…) Arnaud writes sympathetically and movingly about this one-way love affair – Radiguet was irreversibly heterosexual – and the depth of Cocteau’s despair when Radiguet died of typhoid in December 1923 (…) Another subject Arnaud treats at length and with subtlety is the extraordinary animosity Cocteau encountered from the surrealist group. In the case of its founder and ‘‘pope’’ André Breton, it is clear that sheer homophobia played a role at least equal to literary jealousy and aesthetic preference, such as Breton’s distaste for music and the theater (…) So much has been insinuated about Cocteau’s attitude during the Nazi occupation of France that it is good to have Arnaud’s dispassionate assessment. READ THIS ON-LINE REVIEW
« …the magnitude of Cocteau’s achievement is receding from view to an extent that only Claude Arnaud’s masterful new biography, Jean Cocteau: A Life (Yale), might counter, writes Tim pfaff in a review untitled « a biographer dream« , publihed by the Bay aera reporter, vol. 47, n. 17. 27 april 2017. There isn’t a boring or un-illuminating sentence in its 1,000 pages, now in a fine English translation by Lauren Elkins and Charlotte Mandel. Such as the reader tires, it’s not from the exhaustive research, but by the nearly superhuman energy its subject brought to an astonishing array of artistic activities ». READ this on-line review
« JEAN COCTEAU, A LIFE », has been longlisted for the 2017 PEN CLUB Jacqueline Bograd Weld Award for Biography. It is the only translated book in the list. SEE THE LONGLISTED BOOKS
*Jean Cocteau: A Life by Claude Arnaud, translated by Lauren Elkin and Charlotte Mandell, has been selected as one of five non-fiction finalists for the 30th Annual French-American Foundation Translation Prize. The awards ceremony will be held on 8 June 2017. The winning translator receives $10,000. DISCOVER THE FINALISTS
Read more

 

 

*« The book is essential reading for anyone interested in French social and cultural history spanning Proustian Paris, two world wars, the modernist movement, and after. It offers a fascinating portrait of its conflicted subject whose mutability could be a challenge to any biographer », writes keith garebian in world literature today. Read this review

 

 

*ON INTERNET… Mandy
« Feb 16, 2017 Mandy rated it *****:
I’ve seen this long, meticulously and painstakingly researched and exhaustively detailed biography of Jean Cocteau described as “monumental” and “a landmark” – and I totally agree. Originally published in France in 2003 it has now been translated into English (and what a task that must have been) – and now around 1,000 pages of densely written text of often convoluted and high-flown narrative is now available to a wider audience. This is not a book for the faint-hearted as it demands a certain amount of stamina to wade through it but the effort is richly rewarded. It’s a sweeping study of a complex artist who knew just about everyone who was anyone during his long life, which makes the biography not only fascinating in itself but also opens a window into a whole range of other artists’ lives, from Picasso to Nijinsky, Coco Chanel to Proust and many many others on the way. A very impressive book indeed.« 
Read other comments and ratings on Goodreads
*Get the book in the US…OR VIA INDIE BOund… IN CANADA… in the UK…AND IN LONDON, VIA JOHN SANDOE BOOKS…
IN TURKEY… AS WELL AS
IN INDIA
in Hong Kong... IN MALAYSIA… AND IN KOREA
IN AUSTRALIA… In NEW-ZEALANDAS WELL AS
In belgium (FLEMISH)… AND IN FRANCE AND EUROPE… In ITALY… IN PORTUGAL… IN SLOVENIA… IN POLAND… IN CZECH REPUBLIC… IN SWEDEN

 

*A Conversation on Claude ARNAUD‘s biography, Jean Cocteau: A Life  took place in NYC at Albertine bookshop, on Tuesday, December 14, 2016 7:00 pm« Join Jonas Mekas, John Richardson, and Edmund White as they discuss Claude Arnaud’s passionate and monumental biography of Jean Cocteau–which reassesses the life and legacy of one of the most significant cultural figures of the twentieth century. »
Read more…WATCH THIS « CONVERSATION » ON LIVESTREAM

 

ALBERTINE Books in French and English
972 5th Ave,

New York, NY 10075
www.albertine.com <http://www.albertine.com/>

 

 

 

The cover of the 449th issue of LITERARY REVIEW (December 2016, UK) is dedicated to « JEAN COCTEAU A LIFE« , the english translation of « COCTEAU« , by CLAUDE ARNAUD.
 
« Arnaud’s biography is very long (over a thousand pages, including index), but it seldom feels padded, writes KEVIN JACKSON in his review.  His style – rendered into English with, he notes, some help from Donna TARTT – is as lyrical as it is ungrammatical, and he allows himself moments of speculative excess that will strike many readers as silly: ‘Some days he was so full of joy that he looked like a fetus daubing the wall with his placenta.’ Over the top, to be sure, and yet quite well suited to his flamboyant subject. Jean-Luc Godard once wrote an article in praise of Cocteau that repeatedly asked, ‘When did you last see Orphée?The triumph of Arnaud’s work is that it makes you keen not just to watch that great film again but to explore the whole of Cocteau’s delicate, fascinating universe (…) Are we wrong to neglect him? We are. Arnaud’s eloquent and loving portrait of his hero should persuade all but the most dogged of Cocteauphobes that we are denying ourselves a great deal of pleasure. » READ THIS REVIEW
« All biography is both an act of homage and a labour of dissection, and all biographers are jealous of their subjects, write Duncan FALLOWELL in the Spectator (01/7/2017). Most keep it cool, but some like it hot and have created a distinct category in which jealousy becomes murder followed by necromancy: the one they hug is asphyxiated — but lo! — they breathe their own air back into it. Sartre’s book on Jean Genet is such a work, as are Brigid Brophy’s on Ronald Firbank and Roger Lewis’s on Anthony Burgess. Claude Arnaud’s on Jean Cocteau is yet another. Its approach is intensely romantic. Everyone is heaving in lurid colours. Arnaud certainly knows his material; and that he carefully references printed sources along the way is adroit, a necessity to the illusion, like the pins which hold a provisional costume together. The result is a mind-boggling excursion through Cocteau’s many milieux: from his teenage beginnings as a poet in Proustian Paris; through the Great War and the Modern movement of the 1920s in collaboration with Diaghilev, Satie, Stravinsky and Picasso; followed by the macabre uncertainties of the 1930s and later in Nazi-occupied Paris; and on to postwar film making and international celebrity. The parade of boyfriends and benefactresses is spectacular, and the near-lifelong opium addiction is paralleled by the manner in which the story moves forward in a kind of peristaltic reverie ». READ THIS REVIEW
« ARNAUD’S BIOGRAPHY is full of scenes where individual and group histories intersect; his account of occupied Paris, for instance, captures the eerie atmosphere of a city where clocks were set to German time. A literary biography deals in facts, but some of the pleasure of the form is in the palpable contrast beetween the word in which the subject lives, and the word as it appears to the subject », writes Anne STILLMAN in an essay untitled Cocteaux, in the London Review of Books (vol. 39 N°14, 13 july 2017) Read that essay
*FOR THE REST, CRITICS HAVE BEEN RATHER NEGATIVE, IF NOT AGRESSIVE, IN THE UK: COCTEAU IS NOT WELL-KOWN THERE. READ MICHAEL PRODGER’S REVIEW IN « THE TIMES », DECEMBER 3, 2016...

READ JAMES CAMPBELL’S REVIEW IN « THE WALL STREET JOURNAL » (EUROPE EDITION), DECEMBRE 23. 2016:  » THE CLOWN PRINCE OF MODERNISM« ...
*GET THAT BOOK in the UK…AND IN LONDON, VIA JOHN SANDOE BOOKS…
At the Tate Modern bookshop…

 

…at Gay’s the world booksop (London, UK)

 

(photos: Dominique Païni)

 

 

At John Sandoe Bookshop, in London (Ph: Stephanie Shilling)

At Shakespeare and Company, in Paris

Le 27 septembre 2016, Yale University press publié la version anglo-saxonne de la biographe que Claude ARNAUD consacra, en 2003, à Jean COCTEAU. Traduite par Lauren ELKIN et Charlotte MANDELL, après avoir été  adaptée par l’auteur. Lauren Elkin est maître de conférence en anglais et en  littérature comparée à l’ American University de Paris. Charlotte Mandell est la traductrice de plus de  trente ouvrages, romans ou essais.
Dans l’argumentaire:
Jean COCTEAU était  le Monsieur Loyal du XX° siècle à Paris. Claude ARNAUD a écrit la vie définitive – et fascinante – de ce créateur et impresario, en éclairant tous les recoins de sa sexualité, mais aussi de sa collaboration avec les nazis » Edmund WHITE.
*« La biographie pénétrante et immensément lisible d’ARNAUD, dédiée au brillant quoi qu’imparfait COCTEAU, a quelque chose de triomphal.  Dieu merci, ce livre décisif est enfin traduit! Le lire, c’est s’immerger dans les arts et les lettres du XX° siècle. »—John RICHARDSON, biographe de PICASSO.
* »L’inépuisable biographie de Claude ARNAUD fait le tableau éblouissant, mais aussi agréablement familier, des tout premiers cercles artistiques et artistocratiques parisiens. . . Tout le monde est tout simplement présent : de MISTINGUETT à Marcel PROUST, de Robert de MONTESQUIOU à Anna de NOAILLES, de Misia SERT à Natalie BARNEY, nous évoluons à travers une époque enchantée où le talent semble aussitôt récompensé, et qui est ici relevée du piquant d’une discrète homosexualité.  Le livre de Claude ARNAUD vient à point rappeler combien COCTEAU était un homme d’exception, le XX° siècle ayant laissé peu de survivants artistiques. » Lachlan MACKINNONTimes Literary Supplement
* FEUILLETER L’INTRODUCTION
*Le site LITERARY HUB publie un extrait de la traduction américain du COCTEAU de Claude ARNAUD, en date du 24 Octobre 2016, qui touche à la relation, faite d’amour, de jalousie et de trahison, qui unit PROUST et COCTEAU. Avec pour titre: « Annemis littéraires » et pour sous-titre:  « Il faut se résoudre à admettre que vous n’êtes pas un véritable ami ».
POUR LIRE CET EXTRAIT (EN ANGLAIS)
« CLAUDE ARNAUD illumine la relation COCTEAU/PROUST et son lent déclin, écrit de son côté HARRIETT STAFF dans son POETRY BLOG, publié le 24 octobre 2016 par le site POETRY FOUNDATION. Pour lire ce blog (en anglais)
*Le magazine en ligne KIRKUS REVIEW publie, le 27 septembre 2016, une interview de CLAUDE ARNAUD au sujet de sa biographie de COCTEAU, menée par RHETT MORGAN. Pour lire cette Interview (en anglais)
*« Enfin traduite en anglais, voici la phénoménale – et attachante – biographie de l’artiste excentrique, du cinéaste bizarre et de l’écrivain unique que fut Jean COCTEAU », écrit Steve DONOGHUE dans le magazine mensuelle en ligne OPENLETTERS, en date du 15 septembre 2016. Pour découvrir cet article in extenso (en anglais)
Le WASHINGTON FREE BEACON publie, en ligne, un article de Bruce FLEMING, « QUAND L’ART COMPTAIT » sur la traduction en anglais de la biographie de JEAN COCTEAU par Claude ARNAUD, publiée par Yale University Pres:
« Voici un livre à la fois exhaustif et épuisant, qui comprend  tous les gens que COCTEAU côtoya, vedettes et semi-vedettes se bousculant  pour recréer un monde disparu à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Mais au moins ce monde est-il évoqué comme s’il comptait toujours autant – et c’est une bonne chose. Vous attendez de l’intensité, de la part des gens qui vous racontent un histoire, et Claude ARNAUD est tout sauf mou. Tout le monde se désintéresse d’une histoire racontée avec ironie et distance – et il n’y a aucune distance ici. Vous tombez dans le miroir d’eau de Cocteau et vous retrouvez côte à côte avec PROUST, GIDE, Anna de NOAILLES, NIJINSKY, STRAVINSKY, PICASSO  (…) Le monde artistique de “l’entre-les-deux-guerres” parisien est chroniqué avec grâce et rendu avec souplesse par les traductrices, si bien que le tout n’a pas l’air issu d’une traduction (…) Le charme du livre d’ARNAUD  tient à sa recréation de l’intensité adolescente du monde de COCTEAU, celui ou tout le monde parlait du dernier spectacle des BALLETS RUSSES et où être dans le coup, artistiquement, était vraiment la seule chose qui comptait. Lire cette biographie c’est plonger dans l’Atlandide. Prenez un week-end et plongez tête la première. En en revenant à aujourd’hui, vous vous demanderez dans quel monde vous naviguiez, et dans lequel vous vous réveillez. »
Pour l’article in extenso (en anglais)

*

Dans un post publié par la Los Angeles Review of Books, en date du 17 octobre 2016, sous le titre: « Cocteau-le-cancre a enfin son pavé », Kevin McMahon écrit:
« Les plus connus des avant-gardiste inconnus n’ont jamais manqué de biographes – à commencer par eux-mêmes! -mais la biographie épique publiée en 2003 par Claude ARNAUD, aujourd’hui disponible en anglais grâce à la traduction de Lauren Elkin et Charlotte Mandell, est la première à réussir l’impossible, en offrant un récit continu de la vie de COCTEAU, au lieu d’une sélection de hauts faits. Le résultat tient en un pavé complexe de plus de 1000 pages. Mais cette amplitude n’est pas vaine; elle est l’espace nécessaire pour donner corps à l’histoire vécue par COCTEAU.  Si quelques-unes des précédents biographies, celle de Francis Steegmuller (1970) en particulier, qui faisait référence, sont plus lisibles, c’est qu’elles n’étaient pas aussi ambitieuses. L’on doit à Claude ARNAUD d’avoir fait le travail que personne avant lui n’avait eu l’énergie de faire…
Pour lire cet article in extenso (en anglais)
*Dans son numero date du 24 NOVEMBre 2016, la NEW YORK REVIEW OF BOOKS PUBLIe une critique, signée EDMUND WHITE, du COCTEAU de CLAUDE ARNAUD, PUBLIé en anglais aux presses de l’université de Yale. POUR LIRE L’AMORCE DE CET ARTICLE, « COCTEAU sur la corde raide»… CET ARTICLE a ete traduit en grece par la athen review of books, dans son numero 80/81, date de fevrier 2017. en savoir PLUS…
* »EN 2003, CLAUDE ARNAUD CONSACRA DES ANNEES DE RECHERCHE A COMPOSER UN RECIT EPIQUE DE LA VIE DE CET ARTISTE MAL COMPRIS, ET a RESTITUER SON INFLUENCE  UNIQUE, peut-on lire dans un poste signé KCn, sur le site « a classic movie blog », en date du 21 octobre 2016. C’EST UN LIVRE DENSE, PLEINE DE DETAILS VIVANTS ET AUSSI RICHE EN CARACTERES QU’UN ROMAN RUSSE. IL DEMANDE DE LA PATIENCE, MAIS IL DONNE, EN RECOMPENSE, LA SUBSTANCE D’UNE VIE, a travers lES GENIES QU’ELLE RENCONTRA et l’EPOQUE ou ELLE S’INSCRIVIT. SA RECENTE TRADUCTION restitue la beaute un peu irritante d’un ouvrage considerable, qui prend parfois le pas sur la voix fantasque et detache de son sujet. POUR LIRE CE POST IN extenso
  »Cela a pris 13 ans pour voir traduite en anglais cette biographie imposante. ARNAUD (Chamfort, a biography) entraine son lecteur dans le voyage de la vie extraordinaire et compliquée de jean cocteau (1889-1963)… Son usage d’interviews personnelles et des correspondances privées donne une réelle  impression D’EXHAUSTIVitÉSA DESCRIPTION DE LA DEPENDANCE À L’OPIUM ET DES CURES DE DESINTOXICATION DE COCTEAU s’avère RELLEMENT FASCINANTE. son livre eclaire aussi les hauts et bas d’une vie artistique, avec ses permanentes entrées et sorties amicales… Verdict: un portrait exceptionnel d’un CAMELEON, qui interessera en tout premier lieu l’amateur d’etudes lgtb, de cuLture française et de littérature. »—ERICA SWENSON DANOWITZ, DELAWARE CTY. COMMUNITY COLL. LIB., MEDIA, PA. COPYRIGHT 2016 LIBRARY JOURNALpour LIRE IN-EXTENSO CE POST (EN ANGLAIS)….
« COCTEAU, nous pouvons en être sûrs aujourd’hui grâce à cette belle BIOGRAPHie de CLAUDE ARNAUD, reste iNSUrpAsSABLE« , A EN CROIRE Ricky D’AMBROSE, critique et cineaste. pour lire son articleIN THE WINGS OF REALITY - publié le 23/01/2017 dans THE NATION...
« L’extraordinaire animosité du groupe surrealiste envers Cocteau est un autre sujet traité avec profondeur et subtilite par claude arnaud, ecrit vincent giroud dans un article publié par the yale review (Volume 105, n° 2, Avril 2017, P. 158–163). Une homophobie radicale, dans le cas d’André breton, joua un rôle au moins equivalent à la jalousie litteraire et aux divergences esthetiquesBreton detestant musique et theatre (…) Tant de choses ont été insinuées au sujet de l’attitude  de Cocteau pendant l’ occupation qu’il est bon d’avoir le jugement depassionné d’Arnaud à ce sujet. Pour lire cet article in extenso (en anglais)
« …La magistrale biographie de Claude Arnaud, Jean Cocteau: A Life (Yale), pouvait seule rendre compte de l’ampleur de l’accomplissement artistique DE son sujet, ecrit Tim pfaff dans un article intitule « le rêve du biographe « , publie par the Bay aera reporter, vol. 47, n. 17., en date du 27 avril 2017. il n’y a pas une seul phrase ennuyeuse ou non eclairante dans ces quelques 1,000 pages, excellemment traduites par Lauren Elkin et Charlotte Mandel. Si le lecteur s’essouffle, ce n’est pas le fait d’une recherche exhaustive, mais de l’energie surhumaine déployée par son sujet dans un éventail exceptionnel d’activités artistiques« . POUR LIre cet article in extenso (en anglais)
La traduction en anglais de ce COCTEAU A ete en course pour le prix Jacqueline Bograd Weld de la biographie que décerne chaque année le PEN-CLUB Américain. Il etait le seul livre traduit dans la liste. Pour découvrir cette liste
Jean Cocteau: A Life, par Claude Arnaud, traduit du français à l’anglais par Lauren Elkin et Charlotte Mandell, est l’un des cinq livres finalistes (dans la catégorie non-fiction) du 30° prix Annuel de traduction de la French-American Foundation. La ceremonie de remise du prix aura lieu le 8 Juin 2017. Le traducteur – ou les traductrices! – lauréat recevra(ont) 10,000 dollars. DECOUVRIR LES FINALISTES
Pour en savoir plus
*SUR INTERNET… Mandy
« Le 16 février 2017, Mandy a accordé 5 étoiles à ce livre sur le site Goodreads:
Cette longue, méticuleuse, exhaustive et scrupuleuse biographie de COCTEAU avait été qualifiée  de « marquante » et de « monumentale« , ce que je le confirme absolument . Publiée en France en 2003, elle vient d’être traduite en anglais (quel effort cela a dû demander! ) – et ces mille pages denses, parfois alambiquées sinon ampoulées, sont maintenant accessible à une plus large audience. Ce n’est pas un livre pour les craintifs, il demande de l’énergie pour en venir à bout, mais l’effort est très largement récompensé.  C’est une analyse d’envergure d’un artiste complexe qui aura connu tout le monde qui fut quelque chose durant sa long vie, ce qui rend fascinante cette biographie, qui ouvre sur la vie d’un nombre considérables d’autres artistes, de Picasso à Nijinsky, de Coco Chanel à Proust  et tant d’autres. Un livre très impressionnant. »
Une rencontre, en anglais, autour de la traduction anglo-saxone de la biographie de Claude ARNAUD : Jean Cocteau, A life, s’est tenue à la librairie Albertine de New York, le mardi 14 décembre 2016 à 19h (7 PM). « Venez entendre Jonas MEKAS, John RICHARDSON et Edmund WHITE  évoquer la passionnante et monumentale biographie de COCTEAU signée Claude ARNAUD qui retrace la vie et l’héritage de l’une des figures culturelles les plus marquantes du XX° siècle ».
Pour en savoir plus… Pour revoir cette « conversation » (en anglais, sans J. RICHARDSON)….
*« CE livre est essentiel pour quiconque s’interesse a l’histoire sociale et litteraire française, de l’ere proustienne aux deux guerres mondiales, en passant par l’ere moderniste. Il delivre un portrait fascinant d’un artiste conflictuel dont la mutabilité présente un defi majeur a tout biographe » ECRIT keith garebian dans world literature today. pour lire cet article (en anglais)
LA LITERARY REVIEW (GRANDE-BRETAGNE) CONSACRE LA COUVERTURE DE SON NUMERO 449 (decembre 2016) A LA TRADUCTION ANGLAISE DU « COCTEAU » DE CLAUDE ARNAUD.
  »La biographie d’ARNAUD est très longue (un bon millier de pages, en comprenant l’index), mais elle l’est rarement  inutilement, écrit KEVIN JACKSON dans cet article. Son style – transposé en anglais avec l’aide, note-t-il, de Donna TARTT est aussi lyrique qu’affranchi des règles de grammaire. Il s’autorise des moments d’excès spéculatifs qui frapperont le lecteur, comme ce:  « Il était si joyeux certains jours qu’il ressemblait à un foetus barbouillant les murs de son placenta ». Hors mesure, sans aucun doute, mais parfaitement adapté à son  flamboyant sujet. Jean-Luc GODARD écrivit un article célébrant COCTEAU où il demandait, de façon récurrente:  » Quand avez-vous vu pour la dernière fois ORPHEE?  » Le prodige du livre d’ARNAUD est qu’il nous donne non seulement l’envie de revoir ce film, mais d’explorer, dans son intégralité, l’univers à la fois fascinant et délicat de COCTEAU (…) Avons-nous eu tort de le négliger? Certainement. Le portrait à la fois éloquent et amoureux qu’ARNAUD fait de son héros devrait persuader jusqu’au plus enragé des Cocteauphobes qu’on se prive par là d’un grand plaisir. »
POUR LIRE CET ARTICLE IN EXTENSO (en anglais)…
* »TOUTE BIOGRAPHIE EST A LA FOIS UN HOMMAGE ET UNE DISSECTION, ET TOUS LES BIOGRAPHES SONT JALOUX DE LEUR SUJET, ECRIT DUNCAN FALLOWELL DANS THE SPECTACTOR, LE 7 JANVIER 2017. LA PLUPART GARDENT LEUR CALME, MAIS CERTAINS « L’AIMENT CHAUD », AU POINT D’AVOIR ENGENDRE UNE CATEGORIE A-PART OÙ LA JALOUSIE TOURNE AU MEURTRE ET A LA NECROMANCIE : CELUI QU’ILS EMBRASSENT EST LENTEMENT ASPHYXIE, AVANT QU’ILS N’ INSUFFLENT LEUR AIR DANS SES POUMONS : AINSI FIRENT JEAN-PAUL SARTRE AVEC JEAN GENET, BRIGID BROPHY AVEC RONALD FIRBANK ET ROGER LEWIS AVEC ANTHONY BURGESS...
LE COCTEAU DE CLAUDE ARNAUD EN EST UN NOUVEL EXEMPLE. SON APPROCHE EST INTENSEMENT ROMANTIQUE, TOUS LES PROTAGONISTES APPARAISSENT SOUS DES COULEURS ECLATANTES. ARNAUD CONNAÎT PARFAITEMENT SON AFFAIRE. L’ADRESSE AVEC LAQUELLE IL CITE SES SOURCES ECRITES VIENT RENFORCER L’ILLUSION, TELLES CES EPINGLES QUI FONT TENIR ENSEMBLE LES PIECES D’UN COSTUME EN COURS D’ELABORATION. LE RESULTAT EST UNE EPOUSTOUFLANTE EXCURSION A TRAVERS LES NOMBREUX MILIEUX QUE COCTEAU TRAVERSA, DE SES DEBUTS COMME POETE ADOLESCENT DANS LE PARIS PROUSTIEN A LA GRANDE GUERRE, ET DU MOUVEMENT MODERNE DES ANNES 20 AUX COTES DE DIAGHILEV, SATIE, STRAVINSKY ET PICASSO, AUX AMBIGUITES MACABRES DES ANNEES 30 ET AU PARIS OCCUPE PAR LES NAZIS, SANS OUBLIER LES FILMS REALISES DURANT L’APRES-GUERRE ET LA RENOMMEE INTERNATIONALE. LA PARADE DES AMANTS ET DES PROTECTRICES EST SPECTACULAIRE, ET LA DEPENDANCE A L’OPIUM EST AMPLIFIEE PAR L’ESPECE DE RÊVERIE QUE SUSCITE LE RECIT »LIRE CET ARTICLE IN EXTENSO...
* »La biographie de Claude ARNAUD est pleine de scènes où les histoires individuelles croisent l’histoire collective: sa description du Paris occupé, par exemple, restitue l’atmosphère oppressante d’une ville où les horloges avaient été mises à l’heure allemande. Une biographie s’appuye sur des faits, mais un des plaisirs du genre est le contraste palpable entre le monde dans lequel le sujet vit, et le monde tel qu’il est perçu par le sujet », écrit Anne STILLMAN dans un article intitulé Cocteaux, publié par la London Review of Books (vol. 39 N°14, 13 juillet 2017) Pour lire cet article
*POUR LE RESTE, LES CRITIQUES ONT ETE PARFOIS NEGATIVES,  sinon AGRESSIVES : COCTEAU EST MAL CONNU DANS LE ROYAUME-UNI. Pour lire l’article publié par MICHAEL PRODGER DANS « THE TIMES », LE 3 DECEMBRE 2016

LIRE L’ARTICLE DE JAMES CAMPBELL dans le « THE WALL STREET JOURNAL » (Edition européenne), le 23 Décembre 2016:  » THE CLOWN PRINCE OF MODERNISM »...
POUR TROUVER CE LIVRE AUX USA… ET VIA INDIE BOUND…AU CANADA EN GRANDE-BRETAGNE
ET A LONDRES, VIA LA LIBRAIRIE JOHN SANDOE… EN TURQUIE… OU ENCORE
EN INDE
A HONG KONG... EN AUSTRALIEEN NOUVELLE ZELANDEOU ENCOREEN MALAISIE… ET EN COREE
EN BELGIQUE (flamande)… EN FRANCE ET EN EUROPEEN ITALIE… AU PORTUGAL… EN SLOVENIE… EN POLOGNE… EN TCHEQUIE… EN SUEDE
  • Vous pouvez utiliser ces tags HTML: <a> <abbr> <acronym> <b> <blockquote> <cite> <code> <del> <em> <i> <q> <strike> <strong>

Haut de page