JE NE VOULAIS PAS ÊTRE MOI

11
LE 13 JANVIER 2016, LES EDITIONS GRASSET Ont PUBLIE JE NE VOULAIS PAS ÊTRE MOI, LE NOUVEAU ROMAN DE CLAUDE ARNAUD. TROISIEME ET DERNIER TOME DU CYCLE AUTOBIOGRAPHIQUE INAUGURE AVEC QU’AS-TU FAIT DE TES FRERES, ET CONTINUE AVEC BREVES SAISONS AU PARADIS, JE NE VOULAIS PAS ÊTRE MOI EST LE LIVRE DE LA RESSAISIE DE SOI, AU TERME DES MILLE EPREUVES QUE LA VIE NOUS INFLIGE, ET QU’ON SUSCITE PARFOIS,  par haine de la routine et l’ennui

EN 4° DE COUVERTURE« Il avait passé sa vie à vouloir être d’autres, à emprunter l’identité de ses frères puis de ceux qu’il aimait. Ayant surmonté la mort de sa mère et le suicide de son aîné, vécu avec un homme puis un autre, il  pensait s’être trouvé. Mais son monde vole en éclats lorsqu’un deuxième frère disparaît en mer et que son père meurt. À tout juste quarante ans, Claude ARNAUD devient le patriarche d’une famille de fantômes.
La découverte d’Haïti et l’amour retrouvé, auprès d’une femme, lui permettront de reprendre goût à la vie et d’ordonner enfin, par l’écriture, les morceaux de son existence.
L’histoire de cette renaissance est universelle : elle interroge ce qui, en chacun de nous, subsiste quand tout s’effondre.

« Claude ARNAUD, a qui l’on doit le génial Proust contre Cocteau, mène en parallèle une oeuvre autobiographique. Son nouveau volume Je ne voulais pas être moi, interroge l’identité. En librairie le 13 janvier. » Les Inrockuptibles, 25 novembre 2015

« Entre le 30 décembre et la fin février, 476 nouveaux roman arriveront en librairie, annonce Nathalie CROM dans le TELERAMA du 8/12/2015. Une « petite rentrée littéraire », écrit, non sans ironie, le magazine professionnel Livres Hebdo (n°1065) à qui l’on doit la précieuse recension de ces romans hivernaux (…) Quelques auteurs sont particulièrement attendus : Olivier Rolin (Veracruz, chez Verdier), Patrick Lapeyre (La Splendeur dans l’herbe, P.O.L.), Camille Laurens (Celle que vous croyez, Gallimard), Edouard Louis (Histoire de la violence, Seuil), Philippe Claudel (L’Arbre du pays Toraja, Stock), Jean Echenoz (Envoyée spéciale, Minuit), Linda Lê (Roman, Bourgois), Michka Assayas (Un autre monde, Rivages), Claude Arnaud (Je ne voulais pas être moi, Grasset), Olivia Rosenthal (Toutes les femmes sont des aliens, Verticales), Marie Redonnet (La Femme au colt 45, Le Tripode), Nelly Kaprièlian (Veronica, Grasset) ou encore Kéthévane Davrichewy (L’Autre Joseph, Sabine Wespieser).

A LIRE DANS LE N° 94 DE TRANSFUGE, daté JANVIER 2016 : «  Claude Arnaud nous livre une mémoire retrouvée et mélancolique ».

 

Le lundi 11 janvier 2016, à 9.25, CLAUDE ARNAUD a présenté son nouveau livre sur le plateau de DANS QUELLE ETA-GERE, l’émission de Monique ATLAN sur FRANCE 3. Pour revoir cette intervention

POUR DECOUVRIR LES REACTIONS QUE CE LIVRE SUSCITE DEJA EN FRANCE
ET A L’ETRANGER

QUAND LE NEANT SE PREND POUR DIEU…

0

MONSTRUEUX EFFET DE SOUFFLE DES ATTENTATS AYANT FRAPPE PARIS LE VENDREDI 13 NOVEMBRE: CES BOMBES HUMAINES ET CES RAFALES DE KALACHNIKOV ONT EMPORTE UNE PARTIE DE NOTRE OXYGENE.  LA COMETE MORBIDE QUI A DEJA FRAPPE OU DETRUIT UNE DIZAINE DE PAYS – LA SOMALIE, L’AFGHANISTAN, L’ALGERIE, L’IRAK, LE YEMEN, LA TUNISIE, LE PAKISTAN, LE LIBAN, LE NIGERIA, LA SYRIE, LE MALI…EST PASSE SUR NOS TÊTES. IL FAUDRA AUX « AIMANT-VIVRE »  BEAUCOUP DE SANG-FROID, DE DETERMINATION ET D’INTELLIGENCE POUR GAGNER CETTE PARTIE CONTRE LES AGENTS DE LA MORT QUI ONT DEJA FAIT 215 VICTIMES AU KENYA, 3100 A NEW YORK, 202 A BALI, 191 A MADRID, 173 A BOMBAY, 56 A LONDRES, 150 A PESHAWAR, 17 A VOLGOGRADSANS PARLER DES 50 OU 100 MARTYRS QU’ILS FONT CHAQUE JOUR ENTRE KARACHI, BAGDAD, GAZIANTEP, LE LAC TCHAD, MAIDUGURI, BOSTONSOUSSE, ERBIL, SIDNEY, OTTAWA, PALMYRE, LE MIDANAO, OSLO, BRESLAN, LA PATTANI – ENCORE ONZE MORTS CE SOIR A TUNIS. NAZIS ET STALINIENS AVAIENT DEJA UTILISE DELINQUANTS ET GANGSTERS COMME MASSE DE MANOEUVRE. C’EST AU NOM PRETENDU D’ALLAH « LE MISERICORDIEUX » QU’ILS MASSACRENT CETTE FOIS: PLUS DE 30.000 VICTIMES EN 2014.

QUAND LE NEANT SE PREND POUR DIEU, SE FAIT TYRANNIE, TUE ET ESCLAVAGISE, ERIGER LA VIE, LA JOIE ET LA LIBERTE EN BIENS SUPRÊMES, ET SE TENIR PRÊTS.

 

                                                                                                                                                                                Albertus PICTOR La mort jouant aux échecs, circa 1440

PROUST CONTRE COCTEAU EN CHINE

0

ASSUREE PAR ZANG XIAOJIA,  LA  » VOIX » CHINOISE DE JACQUES RANCIERE, JULIA KRISTEVA ET REGIS DEBRAY, LA TRADUCTION EN  MANDARIN (caractères simplifiés) DE PROUST CONTRE COCTEAU  A ETE PUBLIEE EN NOVEMBRE 2015 PAR LES EDITIONS SHANGHAI CENTURY LITERATURE Publishing Company. FaguoWenhua,  le site présentant « Toute la culture française en Chine », donne dans son slideshow « Selections », en bas de la page d’accueil, un aperçu du livre, en mandarin et en français… 2013 Et en mandarin sur RFI Chine…

年是《追忆似水年华》出版的百年纪念,也是让•科克托去世五十周年纪念,借此机会,克洛德•阿尔诺用作品来回顾这两位伟大的作家之间的友谊:普鲁 斯特比科克托年长二十岁,但两人出身于同样的社会阶层,两位多产的作家却代表了两种文学策略,也是两段历史,前者成为了众所周知的圣殿,而后者,这个年轻 才子却看到了这位兄长的背叛… 

Ces  quinze dernières années, des éditeurs chinois ont publié des oeuvres de COCTEAU comme La belle et la bête, Du cinématographe, Journal d’un inconnu, La difficulté d’être, Les enfants terribles, 28 autoportraits écrits et dessinés...

IN THE BETTER CHINESE BOOKSHOPS, SINCE NOVEMBER 2015 : PROUST CONTRE COCTEAU, TRANSLATED IN SIMPLIFIED MANDARIN BY ZANG XIAJOIA AND PUBLISHED BY SHANGHAI CENTURY LITERATURE Publishing Company.


LA DUCHESSE DE GUERMANTES DESHABILLEE AU PALAIS GALLIERA

0

Du 7 novembre 2015 au 20 mars 2016, le Palais Galliera (10 avenue Pierre 1er de Serbie,Paris 16e) présente les robes trésors de la comtesse Greffulhe dans le cadre de l’exposition « La Mode retrouvée ». Celle qui inspira partiellement à PROUST le personnage de la duchesse de Guermantes ayant légué l’ensemble de sa garde-robe, ce sera l’occasion unique d’explorer l’univers d’une femme remarquable, l’intime de Robert de MONTESQUIOU son cousin. Qui régenta la vie mondaine et culturelle parisienne de la fin du Second Empire aux Années folles, aida les opéras de Wagner ou les Ballets russes à se produire, « assit » mondainement la réputation de Gustave Moreau et de James Whistler et soutint les recherches de Marie Curie ou d’Édouard Branly, tout en défendant la cause du capitaine Dreyfus. Pour en savoir plus

A l’occasion de cette exposition, qui sera montrée ensuite au Museum at FIT (Fashion Institute of Technology), New York (septembre 2016), le Palais Galliera et Paris Musées publient un catalogue, sous la direction d’Olivier Saillard. Claude Arnaud y a contribué avec un texte intitulé « La Colombe poignardée » commençant ainsi: « Au temps de Henri IV et de Louis XIV, on distinguait le corps physique du roi — périssable et mortel — et le corps mystique de la monarchie, par essence éternelle. Morte il y a un demi-siècle, Élisabeth de Caraman Chimay, comtesse Greffulhe par son mariage, s’offre à nous sous des formes presque aussi extrêmes. Sa dimension la plus mondaine s’affiche dans les parures qu’elle commanda aux meilleurs couturiers sa vie durant; sa dimension la plus secrète illumine le personnage de la duchesse de Guermantes, pilier féminin de la cathédrale de papier que bâtit Proust. La première a tout, beauté, fortune, naissance, châteaux et valets ; la seconde souffre en silence, faute d’être aimée… » Pour en savoir plus… (Une petite erreur s’est faufilée dans le texte, il faut remplacer Jules de Goncourt, trois fois cités, par son frère Edmond!)

« Leah’s choice: La Mode Retrouvee. Les Robes Tresors de la Comtesse Greffulhe, by Olivier Saillard, Claude Arnaud, Laure Hillerin, Sylvie Lecallier and Valerie Steele (2015).

« This book is the catalogue for an exhibition of the same name, currently running at the Palais Galliera in Paris (7th November 2015– 20th March 2016). Because I am not yet sure whether I am going to be able to see the show before it ends this book is on my Christmas wishlist as substitute for the real deal, which displays a selection of the clothes, but also photographs and films of the Countess Greffulhe – an influential and impressive society figure in early twentieth century Paris and Marcel Proust’s inspiration for the Duchess Guermantes in his novel In Search of Lost Time. » Leah’s choice, The Courtauld Institut of arts. Read the blog

Comprare questo libro

Verkauf die buch…             Comprar el libro

REQUIEM POUR LES HEROS MANQUES

0

Dans son numéro 2249, daté du jeudi 15 octobre 2015, LE POINT a publié un article de Claude ARNAUD intitulé « Requiem pour les héros manqués » et consacré à « Génération perdue » (Le Seuil), un essai de Maurizio SERRA sur ces écrivains qui se rêvèrent en héros, dans les années 30, et ne trouvèrent souvent que la mort ou l’exil.  » L’histoire manque de nuance. Elle transforme les vainqueurs en héros et les vaincus en vilains, repeint en rose et noir une réalité souvent grise, et même en se «révisant» reste daltonienne. Remarqué pour ses biographies de Malaparte et d’Italo Svevo, après son livre fondateur sur Les Frères séparés (Aragon, Drieu, Malraux) Maurizio SERRA persiste à récrire notre entre-deux-guerres sans juger ni moraliser – il préfère les chemins de contrebandier aux guichets de douane.  Il cherche ici à isoler les ressorts esthétiques communs à des écrivains aussi éloignés idéologiquement que Crevel et Montherlant, Klaus Mann et W.H. Auden, mais tout aussi impatients de redessiner une réalité trop médiocre pour eux. Fascinés par l’action, ils rêvent d’acquérir l’aura entourant leurs aînés qui  s’illustrèrent durant les combats de la première guerre, de Lawrence d’Arabie à D’Annunzio. Attirés par le communisme aussi bien que par le fascisme, ils brûlent de quitter leur donjon pour lancer des mots aussi efficaces que des balles… »

SUR L’EXCELLENTE BIOGRAPHIE D’ARAGON SIGNEE PHILIPPE FORREST

0

Le Magazine Littéraire, dans son numéro 560 daté d’octobre 2015, a publié un long article de Claude ARNAUD, intitulé « Les abîmes d’un funambule« , rendant compte de la remarquable biographie d’ARAGON que Philippe FORREST vient de faire paraître chez Gallimard. Il commence ainsi:

« C’était le dernier grand sujet de biographie, dans le domaine littéraire français, à n’avoir pas trouvé d’auteur. Josyane Savigneau s’y était attelé durant des années avant  de jeter l’éponge, j’avais moi-même fini par renoncer, à la perspective de passer de nouveau quatre ou cinq ans dans la peau d’un autre, après Cocteau. Auteur d’une œuvre tant romanesque (L’enfant éternel, Saranaga, Le siècles des nuages, etc..) que critique (Le mouvement surréaliste, Histoire de Tel Quel), ayant collaboré à l’édition des tomes I et V des Œuvres romanesque complètes d’Aragon en Pléiade, comme du II des Œuvres poétiques, Philippe Forest était tout  désigné pour s’y atteler… »

Pour lire l’amorce du long entretien que Philippe FORREST a accordé, dans ce même numéro du Magazine Littéraire, sous le titre « Je comprends mieux pourquoi je ne le comprends pas », à Claude ARNAUD

DANS LA RENTREE LITTERAIRE 2015

0

Le jeudi 20 août 2015, LE POINT a publié un article de Claude ARNAUD consacré à l’Imposteur, l’impitoyable roman vrai que Javier CERCAS vient de consacrer à Enric Marco, cet octogénaire espagnol qui dirigea pendant des années la CNT, le syndicat anarchiste, la Fédération des Parents d’élèves de Barcelone puis l’amicale des déportés de Mathausen, en témoignant dans tous les médias du martyr vécu par lui en Allemagne, durant la guerre, avant d’être démasqué par un jeune historien inconnu… Réflexion sur l’identité, l’histoire, le sentimentalisme kitsch orchestré par les médias, le livre montre, avec une grande maestria, comment l’Espagne s’est menti à elles-même en célébrant l’imposteur, et s’est offerte à travers lui un passé de Résistante, d’Anarchiste ou de déportés là elle n’avait souvent connu que résignation et attentisme.

Pour découvrir cet article (suivi, dans l’hebdomadaire, d’un long entretien entre Javier CERCAS et Claude ARNAUD)…

Pour découvrir une présentation et des extraits de ce livre, sur le site web du Point

Toujours dans le numéro du POINT daté du 20 août, Claude ARNAUD a publié un long article sur « Ma collection littéraire »,  les notes de lectures d’Alexandre SOLJENITSYNE, toutes consacrée au romanciers russes et traduites et annotées par Georges et Lucile Nivat (Fayard). Pour avoir accès à cet article

LA BOURSE CIORAN 2015…

0

La bourse CIORAN 2015, pour 15° édition a été décernée à Santiago ESPINOSA pour un projet d’essai intitulé Le Traité des Apparences.

Composé de Vincent MONADE, Président du Centre national du livre, de Verena von der HEYDEN-RYNSCH, écrivain, traductrice allemande de CIORAN, de Cécile GUILBERT et Claude ARNAUD, anciens lauréats, le jury a salué la qualité et la profondeur de la réflexion mise en oeuvre dans ce projet, tournant autour des propriétés intraduisibles de la musique, en droite ligne de l’oeuvre du moraliste d’origine romaine, dont les droits d’auteurs alimentent le montant de cette bourse annuelle.

Né à Mexico en 1978, Santiago ESPINOSA a déjà fait paraître deux essais en français (et nombre d’autres en espagnol) : L’ouïe de Schopenhauer (L’Harmattan, 2007) et L’inexpressif musical (en collaboration avec Clément ROSSET, Les Belles Lettres, 2013). Pour en savoir plus…   Et encore... Et aussi

CLAUDE ARNAUD RECOMMANDE…

0

Dans son numéro 2230 daté du 4 juin 2015, LE POINT publie un article de Claude ARNAUD consacré à Savannah, le livre de Jean ROLIN:

« Une femme a disparu. On ne saura longtemps que son prénom, Kate, son goût prononcé pour la vidéo, son oreille irrégulière, comme grignotée par une souris. La grande Toile nous ayant rendu indiscrets, notre petit doigt nous dit pourtant que Jean ROLIN tente ici de remettre au monde Kate Barry, l’une des filles de Jane Birkin : elle fut un temps sa compagne et mourut voici plus d’un an, en tombant de son balcon parisien, dans des circonstances mal élucidées. »

Pour lire la suite de cet article

 

 

NOTRE ECRIVAIN NATIONAL

0

Dans son numéro 554, daté d’avril 2015, LE MAGAZINE LITTERAIRE a demandé à 20 écrivains quel serait, à leurs yeux, l’écrivain national français. CLAUDE ARNAUD a choisi BALZAC, l’Hercule Gaulois. Il s’en explique dans sa contribution, fortement réduite à la publication: « A quelques exceptions près - VILLON, RABELAIS, RETIF…- notre littérature a longtemps parlé haut, noble, pointu ; les « pires » obscénités se drapaient elles-mêmes dans les tournures élégantes des petits marquis. Il fallut attendre la fin de la Révolution pour voir la langue parlée par les artisans, les aigrefins et les charretiers y pénétrer par effraction avec BALZAC. En près de cent romans et nouvelles, ce plébéien monarchiste a fait entrer tout l’arc-en-ciel social français dans la littérature, de la noblesse à la lie. Recourant volontiers à l’argot (Vautrin), « sonorisant » tous les accents, qu’ils soient régionaux ou étrangers (Modeste Mignon, Nucingen, Malaga…), il s’est toujours tenu aux antipodes de cette transcription idéelle qui nous enivre encore à la lecture des RACINE, MARIVAUX et LACLOS. Autant que l’architecture unique qu’il donna à son œuvre, ou qu’à l’aura mythologique de ses personnages, décuplée par leur retour d’un livre l’autre, ce forcing  fait de lui, à mes yeux, cet écrivain national que RODIN érigea en Hercule nu et que MARX consacra en écrivain total: personne n’aura saisi aussi largement que BALZAC la réalité individuelle et sociale, historique et humaine de notre pays, à l’aube de la révolution industrielle.

Pour trouver ce numéro du Magazine littéraire

Haut de page