LE PRIX DE LITTERATURE ANDRE GIDE

0

Le jury du Prix de littérature André Gide s’est réuni pour la première fois le 18 octobre 2014 à Paris. Créé et soutenu par la Fondation Catherine Gide, il récompensera une œuvre en langue française remarquable par sa nouveauté, son originalité ou son exigence stylistique. Doté d’une somme de 10.000 euros,  il sera décerné chaque année lors du Salon du Livre de Paris.

Composé de neuf membres, Claude Arnaud, Philippe Forest, Marie Gil, Robert Kopp, Eric Marty, Laurence Plazenet, Jean-Benoît Puech, Peter Schnyder, Laurent Zimmermann, présidé par Robert Kopp pour trois ans, le prix a retenu au terme de cette première réunion six candidats:

Philippe Bordas : Chant furieux (Gallimard 2014), Arthur Dreyfus : Histoire de ma sexualité (Gallimard 2014), Michel Schneider : L’auteur, l’autre (Gallimard 2014), Anne Serre : Dialogue d’été (Mercure de France 2014), Antoine Volodine  : Terminus radieux (Seuil 2014), Eric Vuillard : Tristesse de la terre (Actes Sud 2014)

Le Prix sera remis au stand de l’éditeur de l’œuvre choisie, au Salon du livre de Paris, le samedi 21 mars 2015.

Pour en savoir plus

PATRICK MODIANO, NOBEL

0

FRANCE CULTURE A CONSACRE L’APRES-MIDI  DU SAMEDI 11 OCTOBRE 2014 A EVOQUER L’OEUVRE DE PATRICK MODIANO, PRIX NOBEL DE LITTERATURE 2014. CLAUDE ARNAUD A PARLE DE LA GENESE DE CETTE CONQUÊTE DE L’OUBLI, DE 16 à 17 h, DANS L’EMISSION UNE VIE UNE OEUVRE spéciale Modiano, ANIMEE PAR Martin QUENEHEN, AVEC Pierre PACHET, Claude BURGELIN, Thyphaine SAMOYAULTDenis COISNARD.

Pour écouter le podcast de cette émission

Dans Le Point du 16 octobre 2014, n° 2196, Claude ARNAUD écrit:  » Mon MODIANO est drôle, désinvolte, insolent. Il lit tout et ne souffre d’aucune timidité. Son hypermnésie pourrait le mener même à une sorte de manie collectionneuse sans la faille identitaire qui donne à sa quête un tour vibrant. Il appartient par son père au peuple des victimes, mais aussi au noyau des acteurs du marché noir ;  actrice flamande tournant pour la Continentale, sa mère a un pied dans le camp des bourreaux. Il dévore les livres de ces derniers, leur peur des Juifs en devient presque flatteuse. Il est obsédé par CELINE et Maurice SACHS, cet écrivain juif qui se mit au service de l’Allemagne sous l’Occupation.  Il a fait un hold-up sur cette période qui n’intéressait plus personne, l’a pour ainsi dire privatisée en publiant un mois avant mai 68 La place de l’Etoile. Il s’y présente en dandy sardonique, bien plus intéressé par les bourreaux que par les victimes. Il y montre du rythme, de la tchatche, du culot. Il y fait volontiers l’amour et frappe à l’occasion ses opposants. Mêlé à la traite des blanches, il y revêt un uniforme nazi pour s’en prendre à son père, déguisé en rabbin. Cinq ans plus tard le même Modiano contribue, en cosignant avec Louis Malle le scénario de Lacombe Lucien, à convaincre la France encore gaulliste qu’elle a aussi collaboré. Il parle sans hésitation, il sait tout de ce qui s’est passé. »


A SAINT-ETIENNE LE 16 OCTOBRE

0

LE JEUDI 16 OCTOBRE 2014, CLAUDE ARNAUD A PARTICIPE A UNE JOURNEE D’ETUDE INTITULEE « L’ESPRIT DE RETOUR » LORS DE LA 29eme FÊTE DU LIVRE DE SAINT-ETIENNE. IL INTERVENU DANS UNE TABLE-RONDE CONSACREE A L’ECRITURE DE SOI A LA MEDIATHEQUE MUNICIPALE DE TARENTAIZE, AVEC POUR MEDIATEUR  Thierry GUICHARD (Le Matricule des Anges). AUTRES INVITES / JERÖME MEIZOZ, DOMINIQUE FABRE. POUR EN SAVOIR PLUS…

LA VAGUE HOKUSAÏ

0

DANS SON NUMERO DU 5 OCTOBRE 2014, N° 2194, LE POINT A PUBLIE UN ARTICLE DE CLAUDE ARNAUD EVOQUANT L’EXTRAORDINAIRE EVENEMENT QUE FUT LA DECOUVERTE DU PEINTRE ET GRAVEUR JAPONAIS HOKUSAÏ, AUQUEL LE GRAND PALAIS CONSACRE UNE RETROSPECTIVE, JUSQU’AU 18 JANVIER 2015

Pour découvrir cet article sur Hokusaï

CLAUDE ARNAUD RECOMMANDE…

0

Claude ARNAUD recommande la lecture du livre d’entretiens qu’Olivier ASSAYAS vient d’accorder à Jean-Michel FRODON. Intitulé Assayas par Assayas (Ed. Stock, 358 p, 24 €), l’ouvrage est un document passionnant qui éclaire, de l’intérieur, les innombrables problèmes matériels, humains et artistiques qu’un metteur en scène doit affronter, avant même d’envisager de tourner un plan. Il s’impose aussi comme un témoignage unique sur une génération, celle de l’après 68, l’époque qui s’ouvrit avec les années 80 et qui s’achève sous nos yeux, et une famille (non seulement la biologique, passionnante en l’occurrence, mais aussi la culturelle).

LE 20 SEPTEMBRE AUX SUBSISTANCES, A LYON…

0

Le 20 septembre 2014, aux Subsistances, 8 bis, quai Saint-Vincent, 69001 LYON, Claude ARNAUD a effectué une « lecture-promenade » d’un mini-drame, Le Palais des Pourritures, inspiré de l’épisode de l’Odyssée montrant CIRCE la magicienne transformant les compagnons d’ULYSSE en pourceaux.  D’autres lectures,  navigations entre l’antiquité et aujourd’hui, ont eu lieu avec les auteurs Eva ALMASSY, Frédéric CIRIEZ, sous le regard de la metteure en scène Hélène MATHON, qui a donné une représentation de ce mini-drame avec des interprètes masqués.

Pour en savoir plus…

Pour découvrir le texte du Le Palais des Pourritures, imprimé  à 550 exemplaires pour l’occasion, tel qu’il a été lu sur place…

LE MEILLEUR ROMAN DE LA RENTREE…

0

Saluant, dans le Point du 28 août, n°2189, Terminus radieux (Le Seuil, 624 p. 22 €) qu’il tient pour le meilleur roman de cette rentrée littéraire 2014, CLAUDE ARNAUD  écrit au sujet de son auteur, Le chamane Volodine: « Les vrais écrivains font parfois figures de monstres. Leurs livres étranges semblent des défis arrogants aux fictions molles et aux documents romancés qui prolifèrent. Antoine VOLODINE fait partie de ces résistants qui préfèrent parier sur notre intelligence littéraire plutôt que de nous taper dans le dos à chaque phrase. Un pur et un voyant.

Nous sommes dans les confins sibériens, parmi les décombres, des décennies après notre ère. La seconde Union soviétique dont rêve Poutine a eu le temps à son tour de s’écrouler, après des accidents nucléaires en cascade; les survivants errent en quête d’abri croisent un train en panne chargé de soldats désoeuvrés  (…)

A l’image du train qui mène soldats et rescapés vers les camps « salvateurs », l’intrigue de VOLODINE s’arrête parfois au milieu de nulle part pour accueillir de nouveaux zeks. Il faut donc posséder du souffle et de l’ironie pour jouir pleinement de son univers, sans parler de ce fatalisme russe qu’il exploite à merveille; mais quelle jubilation, alors! Touillant les herbes les plus noires dans son chaudron, ce Français russophone s’avère un redoutable chamane« .

Pour lire cet article in extenso

Le 4 novembre 2014, Antoine VOLODINE a reçu le prix MEDICIS  pour ce Terminus radieux,  par huit voix contre une à Laurent MAUVIGNIER (Autour du monde), et ce dès le 1er tour du scrutin.

AU FESTIVAL « RACINES DU CIEL » D’AJACCIO

0

Le samedi 30 et le dimanche 31 août 2014, CLAUDE ARNAUD a participé aux rencontres « Les Racines du ciel » au Lycée FESCH d’Ajaccio, en CORSE.

Le thème en était « Si Babel m’était conté », et le pays invité,  Le Liban (entrée libre, traduction simultanée des débats en langue corse)

Pour découvrir le programme


A PENTA DI CASINCA, EN CORSE

0

Les 13 et 14 août 2014, Claude ARNAUD a été l’un des invités littéraires du festival SCRITTI ISULANI de PENTA DI CASINCA, en Haute-Corse.

Pour découvrir le programme détaillé de ces rencontres

LA BOURSE CIORAN 2014 A JEAN-PHILIPPE ROSSIGNOL

0

La bourse CIORAN 2014, 14° du titre, a été décernée en ce mois de juin à Jean-Philippe ROSSIGNOL (photo), pour encourager l’écriture de son essai sur Elio VITTORINI, l’auteur italien de Conversation en Sicile, adapté au cinéma par Jean-Marie STRAUB et Danièle HUILLET. Editeur et écrivain, auteur d’un roman-recueil intitulé Vie Electrique (Gallimard, 2011),  Jean-Philippe ROSSIGNOL est né en 1979. Composé de Vincent MONADE, Président du Centre national du livre,  de Verena von der HEYDEN-RYNSCH, écrivain, traductrice en allemand et spécialiste de l’œuvre de Cioran, de Cécile GUILBERT et de Claude ARNAUD, tous deux anciens lauréats, le jury a salué l’ambition d’un projet destiné à faire revivre et relire l’oeuvre d’un auteur majeur, encore éclipsée par celle des PAVESE et des MORAVIA, ses contemporains.

Créée grâce au legs de Simone Boué sur les droits d’auteurs de l’œuvre de CIORAN, dont elle fut la compagne, cette bourse est décernée chaque année à un essayiste de langue française. Elle est  présentement dotée de 12.000 euros.

Pour en savoir plus sur la bourse…

et sur J.Ph. Rossignol...

Haut de page