Qui dit je en nous ? : abroad/ à l’étranger

quiditjeennous.gifForeign rights/Droits pour l’étranger : MS Heidi Warneke,
Grasset editor. Ph: 00331 44392212
fax: 00331 45449403
E-mail : hwarneke@grasset.fr
* »C’est le livre le plus étourdissant de la rentrée. Et ce n’est pas un roman! (…) Arnaud brasse un savoir immense, sans prendre jamais un ton docte ou péremptoire pour autant, et a l’honnêteté de s’impliquer lui-même dans son propos. Le constat de sa propre multiplicité l’a mis sur la voie de sa recherche…(Il) déploie en quelques chapitres magistraux de fascinants croquis de personnalités scindées ou éclatées : cela donne aussi bien une lumineuse synthèse sur Pessoa qu’un portrait stupéfiant d’Eric von Stroheim, qui construisit sa carrière sur une imposture, une analyse du cas Jean-Claude Romand, le faux médecin qui massacra sa famille, qui surpasse tout ce qu’on a pu lire à ce sujet (…) Bref, voilà un livre capital, fourmillant d’idées, d’une humanité généreuse et profonde, écrit dans une langue d’une grande clarté, d’une invention et d’une élégance constantes« . Jacques de DECKER, Le Soir (Belgique), 1.09.2006.
*Le chapitre « Martin Guerre, ou l’un et l’autre » de « Qui dit je en nous? » a servi de base à un Séminaire européen en Sciences de l’éducation organisé à l’automne 2010 par le Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM-Paris 13) et les Université de Louvain la Neuve et de Genève, intitulé « Formation des adultes, biographisation des parcours ». Pour en savoir plus… *POUR TROUVER CE LIVRE EN SUISSE
*CLAUDE ARNAUD A ACCORDE A LA ROMANCIERE GEORGIA MAKHLOUF UN ENTRETIEN Sur CE LIVRE DANS LE MENSUEL LIBANAIS L’ORIENT LITTERAIRE, SUPPLEMENT AU JOURNAL L’ORIENT LE JOUR, en janvier 2015…
images_5.jpeg*Pour entendre le commentaire de Martine DOUCET sur Radio-Canada…
*Pour lire l’entretien que Claude ARNAUD a donné à Marcel OLSCAMP, au sujet de l’identité, pour la revue québécoise SPIRALE, n°215, juillet-août 2007…
*Enfin, pour trouver ce livre au Canada… et en version poche…
images_1.jpeg*get that book in the U.K, read an excerpt
*GET THAT BOOK IN THE U.SAS WELL AS
DIGITAL BOOK FORMAT : ePub (adobe drm)
Pour recevoir l’édition de ce livre en collection de poche Pluriel sur le territoire U.S…
*DAS BUCH BESTELLEN IN DEUTSCHLAND?/pour trouver ce livre en allemagne...
images.jpeg*Benedetta CRAVERI a scritto sulla Repubblica (9.01.2007):
“Il saggio che ha vinto il prix Femina 2006, un libro che Pascal Bruckner sul Nouvel Observateur non ha esitato a definire “verTiginoso”, ha un titolo – Qui dit je en nous? (Grasset) – la cui traduzione letterale – Chi dice io in noï? – non consente pero di cogliere il gioco di sottintesi del francese a partire dal doppio pronome je e moi. Il suo autore, Claude Arnaud, vi affronta intrepidamente un problema antico quanto la civiltà occidentale e su cui, a partire del socratico “conosci te stesso”, non abbiamo mai smesso di interrogarci : il problema dell’identità o, più precisamente, quello della sua “reinvenzione” nel mondo contemporaneo. Forte della sua esperienza di biografo, di romanziere e di critico, Arnaud construice la sua inchiesta a partire dallo studio di cinque casi patologici, di cinque grande impostori che, in un arco di tempo che va del Cinquencento fino ai giorni nostri, gli consentono di mostrare come l’idea stessa di identità cambi con il mutare delle mentalità e delle culture. Tra i meriti del libro vi è quello di saper fondere felicemente il tempo del racconto a quello della riflessione senza che si avverta mai un cambiamento di tono.
« Arnaud ha l’arte di svegliare l’attenzione del lettore, di renderlo partecipe dei suoi interrogativi e di seminare il dubbio con la forza persuasiva degli spiriti indipendenti. Siamo andati a chiedergli di ripercorrere alcuni dei momenti centrali dalla sua indagine…” LEGGERE L’ARTICOLO INTERO
leggere l’intervista che segue / « Ecco come s’inventa un’identità, Un libro fra storia e psicanalisi »,
Intervista di Craveri a Claude Arnaud, La Repubblica (9/01/2007)…
*BENEDETTA CRAVERI ecrit dans le quotidien LA REPUBBLICA (9.01.2007):
“PRIX FEMINA 2006, QUI DIT JE EN NOUS? (GRASSET), UN LIvre que PASCAL BRUCKNER N’a pas HESITé A qualifier de “VERTIGINeux” dans le NOUVEL OBSERVATEUR,  s’offre à nous sous UN TItRE dont LA TRADUctION LITTERALE – CHI DICE IO IN NOÏ? – Ne Parvient pas a saisir le jeu de mots impliquant les PRONOMs JE ET MOI. son auteur, CLAUDE ARNAUD, traite sans AUCUNE timidite d’UN PROBLEMe inherent à LA CIVIlisation OCCIDENTALE sur lequel, depuis le “CONnais-toi toi-même”, socratique, NOus n’avons jamais cesse de nous INTERROGer :  celui DE L’IDENTITE Ou, Plus PRECISEMENT, celui de Sa “REINVENTION” dans le MONDe CONTEMPORain. FORT DE son ExPERIENce De BIOGRAPhe, De ROMANcier Et DE CRITIqueARNAUD mène son Enquête en ANALYSant CINQ CAS PAThOLOGiques, ceux de GRANDs IMPOSTeurs QUI, DANS UN LAPS DE TEMPS ALLANT DE LA RENAISSANCE À AUJOURD’HUI, LUI PERMETTENT DE MONTRER COMMENT L’IDéE MÊME D’IDENTITE CHANGE AVEC L’ÉVOLUTION DES MENTALITÉS ET LES MUTATIONS DE LA CULTURE. L’UN DES MÉRITES DU LIVRE EST DE SAVOIR FONDRE LE TEMPS DU RÉCIT ET CELUI DE LA RÉFLEXION SANS JAMAIS QU’ON RELÈVE LE MOINDRE CHANGEMENT DE TON.
« ARNAUD A L’ART D’ÉVEILLER L’ATTENTION DU LECTEUR, DE LE RENDRE PARTIE RENANTE DE SES INTERROGATIONS ET DE SEMER LE DOUTE AVEC LA FORCE PERSUASIVE DES ESPRITS INDéPENDANTS. NOUS SOMMES ALLER LUI DEMANDER DE RETRACER QUELQUES-UN DES MOMENTS CLEF DE SON ENQUÊTE…” POUR LIRE (EN ITALIEN) CET ARTICLE IN EXTENSO
POUR LIRE L’INTERVIEW (TOUJOURS EN ITALIEN)  DE CLAUDE ARNAUD PAR BENEDETTA CRAVERI QUI SUIT CET ARTICLE PARU DANS  LA REPUBBLICA DU 9/01/2007: « COMMENT S’INVENTE UNE IDENTITÉ, UN LIVRE ENTRE HISTOIRE ET PSYCHANALYSE »
*“Lo scrittore francese della pluralità dell’Io è un affossatore d’identità. CLAUDE ARNAUD si è messo a scrivere raccontando instancabilmente dei circuiti e dei “cavi” che compongono gli esseri nella loro molteplicità. In un primo tempo, attraverso i suoi studi, lavorando su uno dei personaggi più inafferrabili della letterature francese, il “Vautrin” di BALZAC, allo stesso tempo protetore di Rastignac, vescovo, ergostolano, uomo d’affari et ruffiano. Poi, nelle sue notevoli biografie di personaggi, descritti con l’attenzione di un pittore dalla tavolozza vibrante, ricca di sfumature. Come quelle su CHAMFORT e COCTEAU : due menti labirintiche, due rivoluzionnari dalla parola libera che sembrano essera stati per lui il passaggio obbligato verso une scrittura personale, dedicata a vite eccezionali. La letterature “sacra” di CLAUDE ARNAUD si è invaghita di altre figure, forse meno solari, alla ricerca dell senso della vita, ottenebrate dai loro desideri, dalle loro angosce, come i quattro personaggi del suo second romanzo, “Le jeu des Quatre Coins“. ARNAUD si libera dai percorsi esigui di un pensiero unico, come fossero un calco, e scrive dei saggi sull’Io che si apre, si ricrea, comé con Benjamin WILKOMIRSKI, il deportato immaginario in “Qui dit je en nous?La fenice che rinasce dalle sue ceneri non è un mito estinto: ARNAUD addomestica nei suoi scritti l’uomo-lupo, svela le molte maschere che illuminano il cammino della vita, di diverse vite. E la sua scrittura è une crema lenitiva e delicata, all’altezza dei suoi personaggi, alla ricerca Dela loro ulTimo volto”. Fabrice PAINEAU, L’UOMO VOGUE, Lu/Agosto 2008, n° 392.
*“L’ECRIVAIN FRANÇAIS DE LA PLURALITÉ DU « MOI » EST UN FOSSOYEUR D’IDENTITE, écrit FABRICE PAINEAU dans L’UOMO VOGUE de juillet/Août 2008, N° 392. CLAUDE ARNAUD S’EST DECIDé A RACONTER DE FAÇON INFATIGABLE LES CIRCUITS ET LES “AMARRES” dES ÊTRES DANS LEUR MULTIPLICITÉ. TOUT D’ABORD, AU TERME DE SES ÉTUDES, EN TRAVAILLANT SUR  UN DES PERSONNAGES LES PLUS INSAISISSABLES DE LA LITTERATURE FRANÇAISE, LE “VAUTRIN” DE BALZAC, TOUT A LA FOIS PROTECTEUR DE RASTIGNAC, EVÊQUE, ASSASSIN, HOMME D’AFFAIRES ET BANDIT. PUIS, DANS SES BIOGRAPHIES REMARQUÉES D’écrivainS qu’il portraitise AVEC L’ATTENTION D’UN PEINTRE A LA PALETTE VIBRANTE, RICHE EN CLAIR-OBSCUR. COMME DANS SON CHAMFORT PUIS SON COCTEAU : DEUX ESPRITS LABYRINTIQUES, Deux RéVOLUtIONnaires à LA PAROLe LIBre qui semblent avoir été PouR LUI le PASSAGe OBBLIé VERS UNE éCRITURe plus PERSOnNelLE, DEDIée à des VIes ExceptiONnelles. LA LiTTERATURe “SACRée” De CLAUDE ARNAUD S’est passionnée pour d’AuTREs FIGUREs, peut-être Moins SOLAiRes, à LA ReChERChe Du SENS DE LA VIe, Ou enTéNéBRés par leurs DESIrs et leurs ANGOissEs, COMme les QUATRe PERSONnAGes De son SECOND ROMANLE JEU DES QUATRE COINS“. ARNAUD S’est LIBERé Des chemins étriqués De la PENSée UNIque, avec ses clichés, pour écrire des essais sur un « moi » toujours à s’ouvrir et à se recréer, COMme dans le cas de BENJAMIN WILKOMIRSKI, le DéPORTé IMAGINaire de “QUI DIT JE EN NOUS?”. Le PhéNIx qui Renait dE SEs CENdres n’est pas UN Mythe révolu : ARNAUD Apprivoise L’hoMme-Loup, lève LEs nombreux MASquEs qui ILLUMINent le chemin DE LA VIe, De nos DIVERSEs VIEs. son éCRITUre est UNE CRèMe emolliente ET DéLICATe, à la mesure de ses PERSOnNAGes, à la ReChERChe DE leur Visage définitif”. 
*ROBERTO SALVATORI scrive, nella rivista polacca ZESZYSTY LITERACKIE ( prima la traduzione): «  L’autore è tutt’altro che sconosciuto per i lettori di “Zeszyty Literackie”. Claude Arnaud, infatti, è stato a lungo, per tre anni, assiduo collaboratore della rivista. Sulle sue pagine ha raccontato storie, delineato ritratti, evocato episodi che sono poi confluiti in un volume di saggi (Qui dit je en nous ? Une histoire subjective de l’identité, Paris 2006) che costituisce una delle più vertiginose, mirabolanti scorribande nei territori della modernità. Quel libro, in particolare, costituiva una sorta di carta d’identità dei segni particolari che contraddistinguono la personalità moderna. A cominciare dallo sradicamento   – dalla tradizione, dalla famiglia, dalla terra. Sicché l’homo faber nasce per autogenerazione ed è in continuo movimento. Un nomade a identità variabile che porta il fardello della propria liberazione così come gli antenati quello dell’alienazione. Uno, nessuno e centomila (per dirla col titolo di un romanzo di Pirandello del 1926) è il moderno individuo. Un individuo complesso e complessato, protagonista di “una società che, favorendo l’individualismo a livello di massa, livella e spersonalizza, isola e omologa nello stesso tempo, ciascuno sentendosi ‘diverso’, esattamente come tutti gli altri”. Anello improbabile “fra il contadino e il cosmonauta” nella catena dell’evoluzione, l’uomo contemporaneo ha acquisito il potere di trasformarsi, ma ha sempre più difficoltà a riconoscersi. Cruciale perciò l’interrogativo che si pone, fin dal titolo, l’autore: chi dice io in noi ? A tale domanda, per quanto lo riguarda, Arnaud dà una risposta: “In verità, la scrittura è uno dei rari mestieri in cui si può diventare molti restando se stessi”. (02/2011)
Per leggere l’intero articolo…
*ROBERTO SALVATORI éCRIt, dans la revue POLonaise ZESZYSTY LITERACKIE (qui publie son texte en polonais): «  L’AUTeur est tout sauf inCONnu pour les lecteurs de “ZESZYTY LITERACKIE”. CLAUDE ARNAUD, en effet, a été pendant trois ans le COLLABORATeur DE notre Revue. il a  RACONté DANS NOS PAGES des hiSTOires, esquissé des poRtraits, EVOqué des EPISODes qui ont nourris depuis UN VOLUME D’essais (QUI DIT JE EN NOUS ? UNE HISTOIRE SUBJECTIVE DE L’IDENTITÉ, PARIS 2006) qui COnSTITUE UNe DEs plus VERTIGINeuSE et MIRABOLANTe incursion dans le TERRITOire DE LA MODERNITé. CE LIvRe, eN PARTICulier, s’impose comme UNe SORTe De CARTe D’IDENTITé DEs SiGNes PARTICulIers qui façonnent et CONTRedisent LA PERSONALITé MODERNe. à COMmencer par le déracinement   – De LA TRADItION, De LA FAMIlle, De LA TERRe. Tant et si bien que L’HOMO FABER NAît désormais PaR AUTOGéNéRAtion Et se trouve en MOuvement perpétuelUN NOMADE A IDENTITé VARIABLE qui PORTe le FARDEau DE sA PROPRe LIBERAtION, tout COmME ses ancêtres celui de leur ALIéNAtIONUN, personne Et CENT mille (Pour reprendre le TItre D’UN ROMAN De PIRANDELLO (1926), voilà ce qu’est l’INDIVIDU MODERNe. UN INDIVIDU COMPLExe Et COMPLExé, PROTAGONISTe D’UNe SOCIéTé qui, en FAVORisant L’INDIVIDUALISMe de façon MASSive, LIVèle Et déPERSOnNALIse, ISOLe Et homogénéise en même TEMPs, « Chacun se SENTant ‘DIfférent’, ExAcTeMENT COMme les AuTRes”. chainon IMPROBABLE “entre le paysan et le COSMONAUTe”, dans la Chaine DE L’EVOLUtION, L’hOmme CONTEMPORain A ACQUIS le POuvoir De se TRAnSFORMer, MAis peine de plus en plus à se Reconnaître. aussi la question que se pose l’auteur, dès le TITre, est-elle cruciale : qui DIt je en nous ? A cette question, ARNAUD Donne une réponse personnelle : “éN VERITé, L’écriture est UN DEs RARes MÉTIERS dans lequel l’on puisse devenir plusieurs en restant soi-même”. (02/2011)
Pour lirE intégralement (en italien) cet ARTICle…
*PARA ENCoNTRAR este livro em PORTUGAL/POUR TROUVER CET ESSAI AU PORTUGAL
images_9.jpeg Novembro de 2006 – Vol.11 Quem diz eu em nos?
« Mas quem é este Claude ARNAUD que nos fala da identidade com tanta pertinência e com tanta paixão, ao ponto de fazer-nos pensar, ver e entendê-lo como se  ele fosse  um psicopatologista interessado pelo narcisismo ? » Jacques-david BEIGBEDER, Brazil : 3/ O MÊS DE FRANCE-BRASIL-PSY, a) QUEM DIZ EU EM NÓS ?
*PARA ENCoNTRAR este livro IN BRAZIL
* »Mais qui est ce CLAUDE ARNAUD qui nous parle d’identité avant tant de pertinence et tant de passion, au point de nous la faire penser, voir et entendre comme s’il était un psychopathologiste analysant le narcissime?« , écrit JACQUES-DAVID BEIGBEDER dans le volume 11, daté de novembre 2006, de Psychiatry on line BRAsIL : 3/ O MÊS DE FRANCE-BRASIL-PSY, A) QUEM DIZ EU EM NÓS ?
*POUR trouver ce livre au BResIL

 

  • Vous pouvez utiliser ces tags HTML: <a> <abbr> <acronym> <b> <blockquote> <cite> <code> <del> <em> <i> <q> <strike> <strong>

Haut de page