« Marcel PROUST e Jean COCTEAU  dovevano avere già sentito molto parlare l’uno dell’altro quando, tra la fine del 1909 e l’inizio del 1910, si conobbero di persona, scrive Benedetta CRAVERI sulla Repubblica del 26 luglio 2017, in un articolo intitolato « Marcel versus Jean quanto odio-amore nella strana amicizia tra due genie del ’900″. Il primo stava per compiere quarant’anni, il secono ne aveva solo ventuno.Ma si trattó dell’incontro di due « spiriti, quasi gemelli », come stigmatizzó di lí a poco PROUST, o l’inizio di un processo di « cannibalizzazione reciproca », comé ipotizza Claude Arnaud nel suo splendido Proust contro Cocteau (traduzione di Anna Morpurgo, Archinto, pp.225 euro 25) ?

« Lasciatasi alle spalle una imponente quanto definitiva biografia di COCTEAU (Gallimard, 2003), ARNAUD ha infatti voluto ripercorrere l’avventura artistica del suo scrittore d’elezione alla luce del confronto con quella dell’autore della Ricerca del tempo perduto. E una volta di più – pensiamo, ad esempio al Tolstoj o Dostoevskij  di Georges Steiner- la formula critica del doppio ritratto si rivela felice. Non solo in Proust contro Cocteau i due scrittori si rispecchiano l’uno nell’altro per meglio conoscere se stessi, ma tanto le loro sorprendenti analogie quanto la loro irriducibile diversità costituisono una chiave d’accesso privilegiata per la comprensione di entrambi ». Leggere sta recensione… O ancora


« Marcel PROUST et Jean COCTEAU devaient déjà avoir beaucoup entendu parler l’un de l’autre quand, entre la fin de 1909 et le début de 1910, ils firent connaissance, écrit Benedetta CRAVERI dans un article intitulé « Marcel contre Jean – tant d’amour et de haîne entre deux génies 1900″, publié dans La Repubblica du 26 juillet 2017. Le premier allait sur ses quarante ans, le second n’en avait que vingt-et-un. Mais s’agit-il de la rencontre de deux « esprits quasi jumeaux », comme le dit PROUST, ou du début d’un processus de « cannibalisation réciproque », comme Claude ARNAUD en fait l’hypothèse dans son splendide « Proust contre Cocteau » (Archinto, 225p. 25 €, trad. de Anna Morpurgo)?

« Laissant derrière lui une imposante – sinon définitive – biographie de COCTEAU (Gallimard, 2003), ARNAUD a voulu retracer l’aventure artistique de son écrivain de prédilection à la lumière de celle de l’auteur de la Recherche. Et la formule du double portrait se révèle une nouvelle fois féconde – pensons au Tolstoï ou Dostoïevski de Georges STEINER. Non seulement dans Proust contre Cocteau les deux auteurs se reflètent pour mieux se connaître eux-mêmes, mais leurs étonnantes analogies, autant que leur irréductible diversité, constituent une clef de compréhension privilégiée pour l’un et l’autre ». Pour lire cet article in extenso en italien